LMS

Chambéry repart de l’avant, Paris et Nantes enchaînent

Après leur élimination décevante en Ligue européenne ce mardi, Chambéry a bien réagi au Phare. Les hommes d’Erick Mathé ont battu Aix (26-23) et enchaînent un 4e succès de rang. Ils comptent ainsi le même nombre de points (8) que Paris, vainqueur à Istres (28-35). De son côté, Nantes conserve sa place de leader en dominant Chartres (34-28).

Il fallait se remettre les idées à l’endroit en Savoie. Après leur élimination décevante à Veszprem, les Chambériens ont trouvé le meilleur remède : une victoire de prestige en Starligue. Face au PAUC, les Chambériens n’ont pas cogité. Basée sur une défense solide devant un Ivic dans un bon soir (11 arrêts à 35 %), leur performance a été solide. Ils ont ainsi mené tout le match, face à des Aixois pourtant ambitieux, mais en difficulté face à la défense chambérienne. Le PAUC n’avait plus aussi peu marqué en Starligue depuis près d’un an et demi, c’était à Chambéry (27-23).

Offensivement, Chambéry a encore pu compter sur ses ailiers. Richert, avec 7 buts finit meilleur buteur du match. A gauche, Anquetil rend une copie parfaite à 5/5, confirmant sa montée en puissance. Avec ce succès, Chambéry est donc 2e ex aequo au classement et vient de gagner 4 fois d’affilée en championnat.

Paris et Nantes sereins

RIVERA Valero (HBC Nantes)

De leur côté, Paris et Nantes avaient passé une bonne semaine européenne avec des succès convaincant face à Zagreb et Celje. Leur week-end aura également été bon. Les Parisiens rentrent de Provence avec une victoire plutôt sereine (28-35). Devant toute la rencontre, ils ont cependant dû attendre le dernier quart d’heure pour creuser un écart conséquent. Syprzak avec 7 buts et Sole (5) ont contribué offensivement, tandis que Palicka a été sérieux (15 arrêts à 38 %). Côté istréen, Berkous finit meilleur buteur avec 8 buts. Maigre consolation pour l’arrière gauche algérien dont l’équipe est lanterne rouge avec 0 point au compteur. Il faut cependant noter qu’Istres a eu un calendrier très chargé (Montpellier, Aix, Cesson, Paris).

A Nantes, la soirée a été bonne. Même privés de Minne, les Nantais ont rendu une copie satisfaisante face à Chartres (34-28). Si l’ancien du H, Figueras, a essayé de gâcher la soirée (8 buts), Chartres s’est accroché mais n’a pas pu faire basculer la rencontre. Avec 4 buts d’avance à la pause (16-12), les hommes de Rivera (7 buts) ont géré leur avantage en 2e mi-temps. Ils restent seul leader, invaincu, avant la trêve internationale.

Tristan Paloc

3 CommentairesPoster un commentaire

  1. Luka - le 9 octobre 2022 à 10h04

    Indépendamment de l’absence de Pardin, le niveau de jeu du PAUC me semble plus faible que la saison dernière à commencer par les 2 ArG Lagarde et Accambray dont les stats sont jusqu’à présents plus que pas folichonnes même si Chambéry a été solide défensivement se rachetant un peu de la piètre élimination en Coupe d’Europe..
    En tout cas, pour Aix, avec ce niveau de là, je ne serais pas surpris d’un nouveau gadin en coupe dette saison !

  2. rkj4 - le 9 octobre 2022 à 10h47

    Certains vont sûrement écrire qu'une fois de plus, le match des Parisiens n'a pas été folichon à regarder et ils auront raison. Mais à force de voir et revoir le même plan de jeu, j'en viens à réaliser que, vu leur agenda et leur effectif, ce jeu à l’économie est lié à l'obsession de se ménager sur la majorité de leurs matchs : je ne vois pas de meilleures explications. Les risques d'accident existent (Toulouse) dont j'imagine qu'ils sont calculés. Pour l’instant, on ne les a vu se donner vraiment qu’à Veszprem et Magdebourg.

    Si ma théorie est juste, alors c'est évident qu'ils jouent avec le feu. La LsL est très compétitive, toutes les équipes se bagarrent et on ne gagne jamais aucun match avec une main dans la poche du short. Creuser un trou de 5 ou 6 buts en première mi-temps ne suffit plus à décourager un adversaire, même objectivement plus faible. Je suis curieux de voir de ce que ça donnera contre des équipes de standing supérieur. Ils ont mal évalué le Phénix, qu'est-ce que ça va donner avec Chambéry, Aix…

    Anecdote et corolaire visible de cette politique d'économie des organismes, les changements attaque-défense de Syprzak à la vitesse d'un déambulateur. Pour ceux qui n'ont pas vu le match, quand Paris repart en attaque, les Parisiens s'arrêtent carrément de jouer, se passent à peine la baballe pour attendre le retour pépère de leur pivot. Ça fait objectivement 30 sec. d'arrêt de jeu à chaque fois. C'est super offensant pour l'adversaire, ça va contre le jeu et donne la sale impression que le Psg dicte ses propres règles : pour moi, ça devrait faire carton jaune et puis 2 minutes pour anti-jeu si ça recommence. Cela étant la réaction d'un supporter du Psg Handball, je précise.

  3. jeanloup47 - le 9 octobre 2022 à 11h22

    Chambéry à retrouver sa défense hermétique; serte cela ne donne pas un match spectaculaire.
    Retour à l'ancienne où 50 buts dans la partie était un score prolifique !!
    Si le match fut un mano à mano défensif avec deux gardiens performants; il fut émaillé de nombreuses pertes de balle et de tirs hors cadre.
    J'ajouterai qu'un arbitrage très, trop permissif n'a pas permis d'éclairer les débats.

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).