N1 élite – J14

Victoire décisive pour Annecy dès la reprise !

Annecy (crédits : Sébastien TORCHIO Annecy CSAV Handball)

De retour de la trêve, Annecy emporte d’une courte tête le choc de titans à Vénissieux (34-35). Les autres matchs n’ont pas non plus été sans surprises, avec les larges victoires de Martigues face au PSG (32-27), de Pau face à Hazebrouck (35-21) ou de Mulhouse face à Saintes (31-21).

Alors que le  mondial n’est pas encore terminé, et que certains joueurs n’ont pas encore retrouvé leurs clubs, la Nationale 1 élite reprenait ses droits. À Vénissieux, ce retour à la compétition est loin d’être une formalité, avec la réception du concurrent direct du Annecy CSAV. Pourtant, les Haut-Savoyards arrivent privés de forces vives. Son précieux demi-centre, Matt Lafleur, lutte actuellement contre un cancer et a reçu début janvier le poignant soutien de toute son équipe. Il n’était pour autant pas le seul à manquer à l’appel dans le Rhône : seuls 8 joueurs de champ et un gardien ont fait le trajet avec Guillaume Dupin. On notera notamment l’absence de jeunes joueurs, et du n°1 dans la cage Ludovic Le Goff.

Une remontada des derniers instants

Pour autant, ces absences n’ont pas empêché aux visiteurs d’être au rendez-vous. En première période, Vénissieux va se voir dépassé de 3 à 4 longueurs (5-5, 9′ ; 5-8, 14′) : un écart maintenu à la pause (13-17, 30′). La marque annecéienne est équitablement répartie entre ses arrières Gaillard, Georgen et Simon Mayayo (6, 6 et 7 buts), et l’inusable pivot Jules Portet (5/7). En face, malgré l’engagement de Yanis Dury, qui signe l’un de ses meilleurs matchs sous les couleurs vénissiannes (9/13), les locaux ne parivendront pas à refaire leur écart, et sont contraints de s’échouer à une longueur après une remontada finale qui s’avèrera trop courte (29-35, 56′ ; 34-35). Le CSAV prend ainsi la place du dauphin, et retrouvera sa salle lors de la prochaine journée avec la réception de Lanester. Côté Vénissieux, la défaite est rude pour un collectif et un club en grande difficulté ces derniers mois, situation sur laquelle nous reviendrons prochainement sur Handnews.

Meddy Hoguel-Siphar, Lanester (crédits : Florence Allanos)

Les Morbihannais de Lanester, justement, jouaient à domicile pour cette reprise. Les Violets auront connu du changement pendant les fêtes, avec l’arrivée de Lukas Buchta sur le banc, le départ du demi-centre Lucas Musy pour Cherbourg, et l’arrivée de Paolo Bardi. Et l’ex-Niçois de 23 ans fera des débuts remarqués sous ses nouvelles couleurs. En face, l’Élite Val d’Oise se présente sans son pivot Mehdi Ismaili Alaoui, occupé avec sa sélection marocaine, mais n’est pas sans arguments. S’appuyant sur leurs points forts, avec un Robin Beaugars qui n’a rien perdu de son efficacité (12/13), les visiteurs réalisent un départ canon (4-8, 9′) mais buteront sur un Maxime Pagès des grands soirs (15 arrêts), qui aidera grandement les siens à rentrer aux vestiaires à égalité (16-16, 30′). Les Bretons reviendront bien, et sous l’impulsion de leur recrue Bardi (8/12) et d’un Meddy Hoguel-Siphar toujours aussi fiable aux 7 mètres (10/13), les locaux tiennent l’avance (21-18, 35′ ; 35-32, 55′). Mais le dernier temps mort de Christian Latulippe sera salvateur, et avec un Ibrahima Sall impérial (7/9, dont 3 dans es 3 dernières minutes), l’Élite Val d’Oise recolle sur le gong (37-37). Dans deux semaines, les Val d’Oisiens devraient avoir retrouvé leur pivot pour tenter de retrouver la victoire, face à Mulhouse.

Mulhouse détonne, Cournon gagne sans Idrissi

Pourtant, Mulhouse-Rixheim a détonné devant son public pour son retour. L’adversaire était de taille : l’US Saintes, 4ème du classement, et qui avait vaincu les Alsaciens en première journée. Privés de David Garcia et Tanguy Le Fur, les Renards vont passer une longue soirée chez des Loups affamés. L’écart se crée en fin de premier acte, et le match tourne (11-9, 24′ ; 15-10, 30′). Lahcen Bellimam réalise un grand match (7/9) sur sa base arrière tandis qu’Antoine Jean-Baptiste-Simonne réalise un énorme travail en pivot (7/8). Une seconde période à sens-unique en faveur des Alsaciens, qui gagnent sans conteste (31-21). Malgré les 7 buts du pivot Ilies Hakiki, Saintes rentre les valises lourdes, et voit un autre VAP gagner du terrain au classement : Cournon d’Auvergne.

Lahcen Bellimam, Mulhouse-Rixheim (crédits : @gaaabart)

Les Auvergnats ont d’ailleurs vaincu le prochain adversaire des Renards : Gonfreville l’Orcher. Pourtant, l’hiver aussi a vu des changements chez les Dragons. Après le départ de l’ailier droit portugais Augusto Aranda début décembre, c’est l’international Yassine Idrissi qui quittait les Rouge et Noirs, d’un commun accord avec le club, après seulement 6 mois et 9 matchs joués. C’est l’ex-international macédonien Daniel Dupjachanec qui prend la relève, et sa première sortie se sera montrée convainquante. Avec 14 arrêts, il aura été un précieux artisan de la belle deuxième mi-temps des hommes de Marjan Kolev, qui plient le match au retour des vestiaires (16-18, 30′ ; 16-23, 34′). Les arrières Laurent Lagier-Pitre et Enzo Jean-Louis ne sont pas en reste (8 et 7 buts) et la victoire est maîtrisée (28-31). Pour Cournon, qui redémarre galvanisé, et avec l’objectif clair de se rapprocher du podium, le prochain match sera un vrai test, avec la réception du leader.

Angers tremble, Pau dévastateur

Ce dernier, Angers, a souffert sur ses terres face à Dreux-Vernouillet, et est passé à deux doigts de la catastrophe. Pendant 60 minutes, les deux équipes ne se sont pas lâchées. Fidèles à leurs formules gagnantes de la phase aller, ce sont les serial-buteurs Williams Manebard (11/12) d’un côté, et le duo balkanique Filip Vucelic & Vanja Nikolic (9 et 6 buts) qui se répondent. Les Maino-Ligériens ne parviennent pas à se détacher d’une formation Eurélienne combative, et reste au contact à 20 secondes du terme (30-30, 59′). Ce sera finalement Mounir Douiri qui libère les siens avant la cloche (31-30). Un succès précieux pour conserver une avance de 5 points sur son dauphin.

Olivier Alfred, Martigues (crédits : Colin Famery / cocoFOTO.eu)

Enfin, deux équipes ayant passé la majeure partie de la saison dans le fond du classement fond des retours tonitruants, à commencer par Pau Nousty. Cinquièmes de la précédente édition, les Palois se sont montrés à la peine depuis septembre, tant à l’extérieur que dans leur antre, véritable forteresse ces dernières années. Ravagée par la grêle en juin dernier, la fameuse salle de Michel Laborde et les siens ne devrait pas tarder à voir les Canaris faire leur retour. Ce n’était toutefois pas encore le cas ce samedi, bien que face à Hazebrouck, la muraille paloise ait retrouvé toute sa solidité. Le match est un festival pour les Rouge et Jaunes : les buts pleuvent de tous les postes, et il n’y a bien que Julien Cadel (8/10) parmi les Nordistes pour trouver la faille dans la défense béarnaise. Le score tourne rapidement à la punition (17-6, 24′ ; 32-15, 47′), et Pau Nousty emporte la victoire la plus large de toute la saison jusqu’ici (35-21). Moins dévastateurs, les joueurs de Martigues ne reviennent pas moins costauds de leur trêve hivernale, et affrontaient un PSG moins décimé que les mois précédents. Là aussi, l’écart créé en fin de premier acte sous les coups de Lucas Ruiz ou Olivier Alfred (8 et 6 buts) permettront de créer un écart qui saura se maintenir jusqu’en fin de rencontre (32-27). Une victoire loin d’être symbolique, qui permet aux Bucho-Rhôdaniens de doubler leur adversaire du jour au classement, et passer 9èmes.

Retrouvez le classement et tous les résultats de la N1 élite sur l’espace Résultats !

Antoine Piollat

3 CommentairesPoster un commentaire

  1. Jeannot - le 22 janvier 2023 à 19h29

    Vive la Haute Savoie

  2. Titi - le 22 janvier 2023 à 20h03

    Pourquoi on peut plus répondre sur les autres brèves ?

    • Handnewsfr - le 22 janvier 2023 à 20h52

      Pour faire des vacances aux modérateurs.

Comments are closed.

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).