Euro 2016

Une soirée de folie

Croatie

Bien malin celui qui aurait trouvé le dernier carré de cet Euro polonais…Et encore moins ce matin ! Retour sur une journée pleine de rebondissements.

Si la côte de la victoire de la Norvège face à la France devait avoir une bonne côte sur les sites de paris, celle de la victoire et surtout de la qualification de la Croatie face à la Pologne ne devait même pas y figurer. Obligés de l’emporter de dix buts pour se qualifier, les hommes de Zeljko Babic ont piétiné, laminé, labouré une équipe polonaise complètement déboussolée. En échec face à Ivan Stevanovic en début de match, les Polonais comptaient déjà quatre buts de retard après douze minutes de jeu (1-5, 12′). Un écart qui allait rester peu ou prou le même pendant toute la première mi-temps, la réussite de Karol Bielecki et de Rafal Glinski masquant la médiocrité de Michal Jurecki (10-15, MT).

PologneEt puis, plus rien. Son et lumière coupés pendant dix minutes, une équipe qui perd la tête au point de donner des ballons à l’adversaire et de laisser Horvat, Maric et Strlek faire monter la jauge. 17 minutes plus tard et quinze buts à la suite de sa base avant, la Croatie tenait sa qualification, menant de façon complétement improbable (30-13, 47′). Les Français, qui y avaient sans doute cru à un moment, en étaient pour leurs frais. Jamais les Polonais ne sont revenus, jamais ils n’ont fait passer le score sous la barre des dix buts, si chère aux Bleus. Finalement défaits 37-23, les Polonais sortent de cet Euro par la plus petite des portes et n’échappera pas à une remise en question, tant collective qu’individuelle. La seule chose dont on restera sûre, cependant, c’est que son public, qui chantait encore malgré la déculottée, nous a offert un spectacle impressionnant.

Crédit photo : EHF

Crédit photo : EHF

Dans le groupe B, c’est l’Allemagne qui a créé la surprise de la soirée en éliminant le Danemark. Malgré les absents, malgré un Mikkel Hansen en grande forme, elle s’est qualifiée au bout du suspens. Grâce à une performance une nouvelle fois impressionnante d’Andreas Wolff dans ses cages, les Allemands sont revenus d’un déficit de deux buts à sept minutes de la fin (21-23) pour s’imposer. Steffen Fäth a parfaitement fait oublier Christian Dissinger, Kaï Häfner et Fabian Wiede ont suppléé Weinhold avec neuf buts à eux deux et les Scandinaves, à l’image d’un Michael Damgaard pour une fois hors du coup, ont du plier les gaules en s’inclinant 23-25. Une déception énorme pour les Danois, qui n’auront pas l’occasion de récupérer un titre acquis en 2012 et une satisfaction sans comparaison pour des Allemands que beaucoup envoyaient par le fond dès le premier tour, et qui disputeront leur premier carré final d’une compétition européenne depuis 2008.

Crédit photo : EHF

Crédit photo : EHF

Ils seront accompagnés par l’Espagne, qui n’a produit le match de sa vie mais qui s’est dépatouillé du piège russe, qui en aura fait trembler plus d’un dans cet Euro. Menés d’un but à la mi-temps, les Ibériques ont retourné la situation par la suite. Une défense plus agressive, un Sterbik infranchissable et vingt minutes plus tard, le sort du match était quasiment scellé (23-18, 48′). Si la base arrière a été en difficulté, les ailiers ont en revanche parfaitement rempli leur rôle, avec dix-sept buts pour la paire Victor Tomas – Valero Rivera. Une force sur laquelle la Roja devra encore compter vendredi, en demi-finale contre la Croatie.

Les affiches des demi-finales :

Allemagne – Norvège (30.01 à 18h30)

Croatie – Espagne (30.01 à 21h00)

HandNews & CasalHand

16 CommentairesPoster un commentaire

  1. pulpompa - le 28 janvier 2016 à 02h12

    Incroyable,
    Mais en même temps ca fait plaisir de voir de nouvelles tetes, la Norvege, et les nouvelles generations allemandes et croates. Depuis le début de l'euro je déplorais la pauvreté du jeu offensif des français, quand on voit la variété de solutions que nous a opposé la Norvège, on se rend compte qu'on n'est pas forcement dans le bon chemin

    • jebthebear - le 28 janvier 2016 à 11h42

      "pauvreté du jeu offensif des français" : la France etait juste la meilleure attaque avant les matchs d'hier, j'ai donc beaucoup de mal a voir les choses de la meme facon. Surtout en me rappelant le match de samedi ou tout fonctionnait limite trop bien (comme l'a dit Abalo). Ce n'est pas parcequ'on ne va pas gagner ce tournoi qu'il faut tout jeter a la poubelle. Prends exemple sur le public polonais hier soir il m'a fait halluciner, toujours la meme ambiance meme a -15 ! Et nous, non, on bave sur notre equipe des qu'elle perd.
      La Norvege atteind les 1/2 pour la premiere fois de son histoire et l'EdF devrait prendre exemple sur elle ? C'est une blague ?
      On est parti en Pologne sans banc, et il y a encore deux semaines peu de gens pensait voir la France jouer comme cela. On a fait deux non match, ca fait un de trop. Mais avec seulement un 7 majeur, la France s'est plus que bien debrouille.

      Apres je ne suis meme pas decu, je trouve moi aussi que cela fait du bien de voir des nouvelles tetes en 1/2. France / Danemark / Espagne / Croatie a chaque fois, ca tuait un peu notre sport. La on aura la Norvege ou l'Allemagne en finale, ca fait du bien un peu ! (sans surprise je vais soutenir les Norvegiens 😉 )

      • skancho - le 28 janvier 2016 à 20h10

        Exactement !! Franchement, la perf de la Norvège est belle, mais le jour où ils joueront comme la France sur la durée on en reparlera. De plus, avec des générations championnes du mond U21, U19 et U17, je vois mal en quoi le chemin emprunté n'est pas porteur d'espoir !

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).