LdC (F)

Metz a joué avec le feu

metz-brest-0814-Edwige

Le Metz Handball a été chercher sa deuxième victoire de suite en Champions League sur le terrain des Norvégiennes de Glassverket (24-22).

Ce déplacement en Norvège aurait pu rester comme une formalité pour les filles de Manu Mayonnade, mais a bien failli se transformer en traquenard. Elles croyaient pourtant s’être mises à l’abri rapidement, dans la foulée d’un premier acte convaincant. Après une dizaine de minutes d’observation, les Messines ont su profiter des nombreuses exclusions temporaires adversaires pour creuser le trou. Leur défense, bien en place avec beaucoup de profondeur, a parfaitement neutralisé le principal danger offensif adverse, la gauchère Haraldsdottir. Sans solution, celle-ci envoyait la plupart de ses shoots dans le mur derrière la cage de Laura Glauser. Bien en place en défense, les Lorraines l’étaient aussi en attaque. D’abord en échec, Marion Maubon et Ana Gros ont rapidement réglé la mire et puni leurs adversaires, manquant de jus en fin de période. A la pause, l’écart était déjà fait (8-15, MT).

Treize minutes sans marquer

metz-brest-0473-MayonnadeSauf que, ce qui semblait acquis ne l’était en fait pas. Les Norvégiennes sont sorties des vestiaires remontées comme des coucous. La gardienne Guro Rundbraten, transparente dans le premier acte, ne laissait plus rien passer et ses coéquipières prenaient leurs adversaires de vitesse sur le jeu de transition. Emilie Christensen n’hésitait pas à mettre la tête dans la défense messine pour réduire l’écart, tandis que les Messines restaient pendant treize minutes aphones. Treize longues minutes où elles allaient encaisser un 9-0 et laisser Glassverket leur passer devant (17-15, 43′). C’est le retour sur le parquet de Laura Glauser qui a permis de sauver les meubles, puisque la gardienne de l’équipe de France a sauvé cinq balles de +3 pour maintenir les têtes lorraines hors de l’eau. Petit à petit, les Françaises sont revenues dans le match, avec l’apport de Xenia Smits et de Laura Flippes en attaque. Si les Norvégiennes leur ont tenu tête jusqu’au bout, elles ont manqué d’impact dans le money-time, là ou Glauser et Ana Gros, avec les deux derniers buts du match, ont permis à Metz de l’emporter 24-22. Une belle frayeur, mais un avertissement sans frais.

GLASSVERKET – METZ HANDBALL 22:24 (8:15)
Arbitres : Victoriia Alpaidze, Tatyana Berezkina (RUS)

Glassverket : Rundbraten(13 arrêts / 35 tirs dont 0/2 pén), Langeli (2 arrêts / 4 tirs dont 2/4 pén); Leipart (1/3), Merg (3/4), Andenaes (3/4), Bjoernsen (4/6), Haraldsdottir (3/8 dont 1/1 pén), Josendal, Andresen, Bull-Engelstad, Christensen (4/13), Wolff (2/2), Bronsta, Ellertsen (0/4), Hovland, Iversen (2/3)

Metz : Glauser (8 arrêts / 19 tirs), Rajcic (4 arrêts / 15 tirs dont 0/1 pén); Edwige, Gros (7 buts / 12 tirs dont 1/2 pén), Zaadi (3/6 dont 2/3 pén), Flippes (0/1), Kanor (0/1), Nocandy, Horacek (0/3), Pop-Lazic (1/2), Smits (6/8 dont 1/1 pén), Maubon (6/7), Luciano (1/2), Burlet

Kevin Domas

Pub Espace Pronos EHFCL

1 CommentairePoster un commentaire

  1. Sasori9 - le 30 octobre 2016 à 17h22

    Ah ca, ca fait longtemps que je n'ai pas vu Metz qui démarre très mal la deuxième mi temps. C'était quand ca ? Ah oui Metz de Sandor Rac !
    J'espère que les messines ont comprise la lecon

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).