LdC (M)

“Si on avait perdu…”

On connaît la maxime “Quand on touche le fond, on ne peut que remonter” , mais en sport l’inverse semble être bien plus vrai. Ainsi, Talant Dujshebaev ne s’en cachait pas à la sortie de la victoire contre Szeged : s’ils avaient perdu, l’histoire qui restait sur un final4 victorieux aurait pu s’arrêter là.

On peut donc avoir gagné la plus grande des coupes continentales et se retrouver sur la sellette moins d’un an plus tard. Dans une longue interview donnée à l’EHF, Talant Dujshebaev s’est exprimé sur l’actualité bouillante de Kielce : “Après les deux défaites, c’est une bonne chose de jouer contre une bonne équipe comme Szeged et de l’emporter.” Les défaites à Celje et Rhein-Neckar avaient poussé le champion d’Europe de la première à la troisième place du groupe B, à deux points du leader Vardar et avec Rhein-Neckar entre-calé. Du coup, la nervosité était palpable lors du match du weekend : “Je suis déçu par beaucoup de choses mais je ne veux pas en dire trop. Je ne peux pas montrer tout ce qui me passe par la tête. Nous nous battrons seuls. Il nous reste encore deux matches. Théoriquement nous pouvons terminer premiers, mais ça me semble trop compliqué à réaliser car le Vardar devrait perdre trois points, ce qui me semble impossible actuellement.” Les objectifs restent cependant les mêmes pour le technicien, à savoir revoir Cologne pour défendre le titre : “Je continue de compter les jours jusqu’au prochain événement majeur pour nous, comme le final4” .

Crédit photo : VT Kielce

Cependant, ce qui retient l’attention est sa conclusion. Alors qu’il est interrogé sur le fait qu’il ait déclaré ne pas vouloir rester trop longtemps, comme cela avait été le cas à Ciudad Real, il réagit sans filtre, comme à son habitude : “Je suis un professionnel. Quand mon temps sera venu, je partirai. Mais actuellement, nous avons encore un travail à faire.” Partir oui, mais ni maintenant, ni dans ces conditions : “Le sport est une chose étrange où tout est oublié rapidement. Regardez comment Ranieri (entraîneur licencié du champion d’Angleterre Leicester) est maintenant. Alors qu’ils lui construisaient un monument, ils l’ont jeté ! […] Les entraîneurs ne méritent pas un tel traitement. Aujourd’hui j’ai un contrat, mais si nous avions perdu ce soir, 5000 personnes auraient voulu mon départ. Mais c’est le sport et vous ne devez pas faire attention à ce qui est dit” .

Maxime Thomas

Pub Espace Pronos EHFCL

40 CommentairesPoster un commentaire

  1. Sego - le 28 février 2017 à 13h56

    “Dans une longue interview donné à l’EHF” Deuxième ligne du corps du texte.

  2. Halimette - le 28 février 2017 à 14h08

    Non mais laisse le sego le français c’est compliqué pour lui. Et la lecture ça te parle à toi?

    • Sego - le 28 février 2017 à 14h12

      À mon sens, c’est important de répondre à toutes questions sur un article. Surtout si celui-ci n’est pas clair. 🙂

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).