EL (M) – J9

Nîmes accroché, mais Nîmes premier

Julien Rebichon (USAM Nimes Gard)

Ce mardi soir, Aix a lâché ses espoirs de qualification à Velenje (33-32) tandis que Nîmes, accroché par Schaffhausen (33-33), assure quand même sa première place. Nantes n’a pas reçu les Russes de Chekhov tandis que Toulouse a bien confirmé son état de forme face à Winterthur (34-27).

Beaucoup de duels serrés pour cette avant-dernière journée de la phase de poules ! Dans cette compétition dense, les derniers matchs valent de l’or pour de nombreuses équipes en vue de la qualification, et près de la moitié des rencontres du soir se sont jouées à moins d’un but.

Poule A : Les gros se font peur

Assuré de sa troisième place, le Fénix Toulouse n’a pas pour autant sabordé son match face aux Suisses de Winterthur, loin de là. Pourtant, ce sont bien les visiteurs qui attaquent le match au mieux avec Roman Sidorowicz (7/8) en principal artilleur (10-14, 23′). Mais avant la sirène, le carton rouge de l’ex-Toulousain Rémi Leventoux va ouvrir la porte au retour des locaux. Trouvé trois fois de suite, Tobias Wagner ne tremble pas au moment de ramener les siens à une longueur (14-15, 29′). Et le deuxième acte va donner lieu à un véritable show d’Erwin Feutchmann. Entré à la pause, le Chilien est intenable dans le second acte où il plantera 8 buts. Le contrôle du match est pris au début du money time (28-24, 50′), et les hommes de Danijel Andjelkovic s’offrent même le plus gros écart de la rencontre pour clore leur avant-dernier match des poules (34-27).

Tobias Wagner, Toulouse (crédits : additional_time_photography)

Dans les deux autres matchs, le Wisla Plock s’est vu plus embêté qu’il ne l’aurait imaginé lors de la réception du Tatran Presov. Une semaine après les avoir étouffés en Slovaquie, les Polonais se sont vus opposer un Oliver Rabek (9/11) déterminé à ne pas vivre la déroute de la semaine passée, et tient toujours les siens à 2 longueurs à 5 minutes du terme. Mais avec un trio Zhitnikov, Mihic et Daszek à 6 buts, les locaux tiennent leur victoire (33-29). Berlin a vécu un scénario comparable du côté d’Irun. Malgré un Lasse Andersson en grande forme (9/10), le futur Nantais Kauldi Odriozola (7/8) et le gaucher Inaki Cavero (10/14) permettent aux leurs de revenir à une longueur au début du money time. Mais le dernier temps mort des Allemands est salvateur et l’essentiel est assuré (32-35) … avant le choc à Plock qui décidera de la première place du groupe.

Poule B : GOG file vers la première place

Tandis que la réception de Medvedi Chekhov à Nantes a été annulé compte tenu du conflit ukrainien, les Danois de Gudme et les Portugais du Benfica se sont livrés un duel au sommet en tête du groupe. Pas un match de gardiens mais un duel de très grosse intensité, riche en buts, qui a fait la part belle aux arrières. Simon Pytlick (9/12) et l’expérimenté Morten Olsen (6/10) auront bombardé pour les locaux tandis qu’en face, Lazar Kukic (7/9) et Demis Grigoras (6/10) poursuivent dans la lignée de leurs bonnes performances. Mais alors que les locaux menaient largement à 5 minutes du terme (38-34, 55′), les Portugais vont brusquement revenir dans le match et, malgré une triple infériorité numérique dans les derniers instants, recoller (38-38, 59′). C’est finalement remplaçant de Gidsel, le jeune Emil Madsen, qui libère les siens en plantant son 7ème but à quelques secondes de la sirène (39-38).

Francisco PEREIRA (Benfica)

L’autre rencontre n’aura pas été moins riche en surprises, avec le premier point pris par les Finlandais de Riihimaken Cocks face au TBV Lemgo. Les Allemands, assurés de leur qualification et sans espoir de monter au classement, ont fait tourner l’effectif, mettant notamment en lumière l’ailier gauche Kian Schwarzer (7/11). C’est d’ailleurs lui qui recolle au score à deux minutes du terme, alors que les Finlandais avaient pris le dessus après avoir fait la course derrière pendant 50 minutes. Mais l’arrière droit Vitalie Nenita recolle avant l’échec de Bobby Schagen (29-29).

Poule C : Fin du suspens pour Aix

Jouant sa survie en Slovénie, Aix-en-Provence a mal démarré face au Gorenje Velenje et subit les flèches de l’arrière droit Timotej Grmsek (5-1, 4′). Mais côté français, l’Islandais Kristjan Orn Kristjansson (9/11) livre une grande prestation et ramène les siens à hauteur. Mieux encore, il parvient à pousser les siens à +2 puis +3 au retour des vestiaires (24-27, 42′). Mais les Slovènes n’ont pas dit leur dernier mot et répondent offensivement. Tilen Sokolic est irréprochables aux 7 mètres (8/8) et, dans les dernières secondes, le demi-centre Domen Tajnik plante deux buts pour venir doucher les espoirs provençaux (33-31, 59′). Le dernier but de Gabriel Loesch n’y changera rien, et le PAUC quitte la “petite” coupe d’Europe par la petite porte (33-32). En dernière journée, les hommes de Thierry Anti pourront toutefois jouer les arbitres pour la 4ème place avec la réception des Espagnols de Logrono.

Kristjan Kristjansson (Pays d’Aix Universite Club)

Ces derniers ont justement très bien négocié la réception du RK Nexe. Ce sont les Croates qui vont mener les débats, avec notamment un Fahrudin Melic impeccable sous ses nouvelles couleurs (9/9) et un Halil Jaganjac inusable (6 buts). Mais, menés pendant 45 minutes, les partenaires d’un excellent Jorge Perez Molina (21 ans, 17 arrêts, 37%) vont toutefois parvenir à revenir dans la rencontre et prendre les devants. L’ailier gauche de 21 ans Alex Rubino Fernandez (8/12) garde la tête froide face à la cage et c’est le demi-centre Eduardo Caballero (23 ans) qui plante les deux derniers buts assurant la victoire aux siens (31-30). Avec 7 points, les Espagnols ont l’avantage sur les Slovènes, au même nombre de points et restent virtuellement qualifiés. Enfin, le SC Magdeburg n’a pas longtemps fait durer le suspens face à son dauphin. En Allemagne, les Suédois de Savehöf n’ont pas su développer leur jeu, et les arrières Rune Schroder ou Elias Ellefsen sont restés plus discrets qu’à leur habitude. Et si les gardiens sont présents, les Magdeburgers sont tranchants avec un Michael Damgaard en forme et un Magnus Saugstrup sans doute (7 et 6 buts). Le score ne laisse pas de doute et fige les positions des deux belligérants dans le groupe (31-25). À noter la nouvelle belle performance du pivot de 19 ans Félix Moller (6/7).

Poule D : Nîmes premier malgré le point perdu

Expert dans le domaine cette saison, Nîmes s’est vu rattraper dans les derniers instants par les Suisses de Kadetten Schaffhausen. Sans conséquences toutefois au classement. Et rien n’a été simple dans cette soirée au Parnasse où les visiteurs ont rapidement pris leurs aises (4-9, 16′). Mais malgré le carton rouge de Rémi Desbonnet à la 22e, l’engagement de Luc Tobie et Quentin Dupuy permettent aux Verts de revenir à la pause (14-16, 30′). Dans les 30 dernières minutes, ce sont les hommes de Franck Maurice qui vont progressivement prendre le dessus, malgré les assauts de Donat Bartok (7/10) et Joan Canellas (6/10). Comme toujours cette saison, Mohammed Sanad (8/10) est précieux sur la scène européenne et l’USAM s’affiche clairement à +3 à une minute du terme (33-30, 59′). Ce ne sera malgré tout pas suffisant pour assurer la victoire et Canellas trouve le chemin des filets à plusieurs reprises dans les dernières secondes avant que son équipe n’égalise sur le gong (33-33). Malgré ce point perdu, l’USAM assure sa première place, grâce à la défaite surprise de l’Eurofarm Rabontik à Tatabanya. À l’inverse, le point pris des Suisses met un terme aux espoirs hongrois de qualification.

Quentin Dupuy (Nimes)

Malgré l’excellente prestation de Stipe Mandalinic (10/14), les Macédoniens n’ont rien pu faire face à des Hongrois mobilisés et avec des gardiens présents. Avec les jeunes hongrois Matyas Gyori (7/7) et Stefan Sunajko (8/9) en tête de file, les 7èmes du championnat Hongrois s’imposent en créant l’écart en fin de match (25-21). Enfin, ce sont les joueurs d’Athènes qui se replacent dans la course à la qualification. Face au Sporting, les Grecs ont livré un gros combat, portés par un excellent Petros Boukovinas (15 arrêts, 38%). Le score fait le yoyo durant toute la rencontre et, lorsque Cristian Ugalde (8/9) manque son seul tir du match, rien n’est fait (23-24, 59′). Mais Toniazzio puis le précieux Christodoulos Mylonas trouvent la solution pour emporter une victoire précieuse (25-23). Un succès qui les laisse à 1 point de la qualification, avant d’aller en Macédoine.

Retrouvez tous les résultats et classements dans l’espace Résultats du site.

Antoine Piollat

4 CommentairesPoster un commentaire

  1. Philippemhb - le 2 mars 2022 à 08h54

    33 à 30 à la 59ème minute du terme au Parnasse et; 33 à 33 à l'arrivée!!! rock'n'roll !!
    Je n'ai pas vu le match mais ça sent la m…. !
    Pour un peu ça ressemblerait presque à une faute pro…
    La première place est conservée, c'est l'essentiel pour mes voisins…

    • leFnake - le 2 mars 2022 à 08h59

      mouais, c'est un peu comme la défaite face au Portugal au TQO, le job avait été fait avant (ici la première place pour l'USAM) et le score final est relativement anecdotique, je ne vois vraiment pas pourquoi il y aurait faute professionnelle…

      • Philippemhb - le 2 mars 2022 à 12h59

        Oui bon t'as pas tort, le terme est un peu fort…

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).