LdC

Présentation des 1/4 de finale aller

Cologne Lanxess Arena

Plus que 120 minutes et deux matchs avant d’accéder au Graal du handball de club européen, le Final Four de la Champions League. Début dès ce soir des quarts de finale, qui rendront leur verdict dans dix jours.

Barcelone, clairement favori

Sigurdsson BarcelonaLes quatre premiers de groupe semblent, par la force des choses, en ballotage favorable pour accéder au dernier carré de la compétition. Le premier d’entre eux, le FC Barcelone, ouvre ce soir le bal à Zagreb. Les Croates, qui ont cette saison dominé Kiel, le PSG et Kolding à domicile, ont tout du parfait épouvantail. Mais ce Barcelone là n’est pas là pour plaisanter et ils l’ont montré en huitièmes de finale, désossant les Danois d’Aalborg (31-11 à l’extérieur) au tour précédent. Karabatic, Lazarov, Sorhaindo, Gudjonsson, Tomas, que des joueurs que l’on retrouve invariablement à la Lanxess Arena, saison après saison. Et si l’an dernier, Rhein-Neckar Löwen avait été à deux doigts, ou plutôt à un but, de les priver de leur plaisir annuel, Zagreb ne semble pas de taille à combattre cette fois. Les hommes de Veselin Vujovic devront absolument s’imposer à la maison pour pouvoir y croire, tant leur faiblesse à l’extérieur (5 défaites en 6 matchs cette saison) semble rédhibitoire.

Gislason KielKiel est prévenu

Autre favori clairement déclaré au sacre dans cette Champions League, le THW Kiel. Les Allemands, même privés de Dominik Klein, Andreas Palicka et Johan Sjöstrand peuvent prétendre à leur ticket pour le dernier carré face au Pick Szeged, tombeur des Rhein-Neckar Löwen au tour précédent. Alfred Gislason compte bien plus d’armes à son arc tactique que son adversaire en Bundesliga Nikolaj Jakobssen et surtout, un entraineur averti en vaut deux. Le technicien islandais de Kiel sait qu’il s’agira de neutraliser le poison Dean Bombac, celui qui a fait tant de mal sur les tours précédents et il sait aussi que Szeged ne pourra pas compter sur Jonas Källman, fer de lance de la défense 1-5 hongroise. Avec en plus le match retour à la Sparkassen Arena, une salle où le THW n’a plus perdu en Champions League depuis 2011 face à Montpellier, on voit mal comment Filip Jicha ne pourrait pas retourner à Cologne pour la sixième saison de suite.

Même stade, mêmes équipes…même verdict ?

Omeyer PSGNotre PSG national aura fort à faire dans ses retrouvailles face au MKB Veszprem. Les Hongrois arrivent tel un bulldozer, avec onze victoires en douze matchs en Champions League et une seule défaite face à Rhein-Necker Löwen. Face à un collectif aussi rodé, qui vient de remporter haut la main la ligue SEHA, on est tenté de penser que le PSG va être relégué au rang de faire valoir. Loin de là, mais pour avoir une chance de passer il faudra que les Parisiens arrivent à l’emporter à domicile. Thierry Omeyer, qui sera certainement une des clés de la confrontation, est bien placé pour le savoir, lui qui avait éliminé les Hongrois de très peu en 2012 avec Kiel pour accéder au Final Four. Si le PSG l’emporte à Carpentier dimanche, alors tout sera possible, mais si Veszprem, comme la saison dernière (26-28) venait à gagner en France, cela serait plus que compliqué. Même si Montpellier a montré que rien n’était impossible en Hongrie en début de saison, la pression des fans hongrois autrement plus déchaînés que ceux du PSG suffira certainement pour que leur équipe l’emporte au retour.

Kielce, Vardar, le match le plus ouvert

Dujshebaev

La dernière confrontation est certainement la plus bouillante mais aussi la plus indécise. Entre Talant Dujshebaev, le père coach de Kielce, et Alex, le fils arrière droit du Vardar Skopje, un seul des deux rejoindra l’ouest de l’Allemagne fin mai. Le Vardar avait manqué de très peu sa participation au Final Four la saison dernière, et même si ils doivent jouer le second match à l’extérieur, les Macédoniens espèrent bien rééditer leur exploit de la saison dernière, quand ils avaient éliminé Hambourg en allant chercher leur qualification en Allemagne au match retour. Raul Gonzalez a été clair en laissant de côté Sterbik, Dujshebaev et Dibirov lors du dernier Final Four de la ligue SEHA : cette saison, c’est Cologne et c’est tout. Et si le public macédonien est un des plus chauds d’Europe, la ferveur polonaise laisse elle-aussi admirative. Kielce, invaincu en phase de poule mais qui est apparu bien moins impérial en quart de finale contre Montpellier va avoir fort à faire pour se qualifier. Avec une équipe vieillissante, puissante mais bien moins imprévisible que celle du Vardar, on en arrive même à penser que les Polonais sont outsiders…A vérifier !

Kevin Domas

Pub Espace Pronos EHFCL

1 CommentairePoster un commentaire

  1. Frenchi - le 9 avril 2015 à 02h17

    Donc ça va faire Veszprém, Szeged, Vardar et Barcelone ! J'ai beau être fan de Kiel , je suis pas très confiant face à une équipe qui a réussi à battre le seul rival de Kiel en Bundesliga…

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).