Pro D2

Chartres touche déjà la LNH

Grahovac Chartres

Profitant du début de match catastrophique de Mulhouse, son adversaire, Chartres a pris une grosse option en vue de remporter la finale des play-off de Pro D2 en s’imposant 32 à 22 à domicile.

Il y avait beaucoup de larmes après le match hier soir, quand est venu le moment de remettre les bouquets aux sept joueurs qui quitteront l’effectif chartrain à la fin de la saison. Soudés en dehors du terrain, les Chartrains ont su l’être sur le parquet aussi hier soir, et la preuve, ils l’ont apporté avec une cohésion défensive de tous les instants, qui a annihilé toutes les intentions mulhousiennes pendant soixante minutes. “On s’était bien préparé à leur livrer un gros combat” expliquait le capitaine Alric Monnier. “On connaissait les qualités et les valeurs de cette équipe et on ne les a absolument pas pris à la légère. On voulait réaliser une grosse prestation défensive et réaliser un gros coup”. Et on peut dire qu’ils n’ont pas fait semblant. 5-0 au bout de dix minutes, et déjà les Mulhousiens semblaient à court de solution, tricotant, tournant en rond et perdant finalement les ballons, pour la plus grande colère de leur coach Brahim Ighirri : “Pendant dix minutes, on prend trois tirs, on porte la balle, on veut y aller tout seul, avec des petites passes, et finalement on perd les ballons. Derrière, eux marquent en montée de balle”. Et malgré le temps-mort rapidement pris par le coach mulhousien, la débandade va continuer. Et l’écart va monter jusqu’à neuf unités (16-7, 27′) peu avant la pause. Chartres, moribond il y a trois mois, montrait là son meilleur visage, avec un Molinié de feu, une défense bétonnée devant un Grahovac des grands soirs et deux flèches sur les ailes, Kieffer et Arvin-Berod, sans pitié pour les gardiens adverses. Mulhouse de son côté, perdait son énergie et ses joueurs dans des palabres avec les arbitres et seul Grégory Martin semblait la solution tout au long de la première mi-temps (17-8, FM).

Chartres ne s’endort pas sur ses lauriers

Martin MulhouseDe retour des vestiaires, le match prenait la forme d’un pugilat insipide, où tous les coups étaient permis. Cravates, poussettes, les dix premières minutes ressemblaient à un cliché, et ce n’est qu’après que Louis Roche, directement, et Bogdan Petricevic, pour trois exclusions temporaires, aient vu rouge, que les débats regagnaient un peu de leur sérénité. Et les Mulhousiens en profitaient pour recoller un temps soit peu, à la force d’un 3-0 à un quart d’heure de la fin. “On savait qu’on allait avoir des temps faibles, avec la grosse débauche d’énergie du début de match” racontait Monnier. “Ils sont revenus à -7, mais on a su ne pas paniquer pour repartir de l’avant sur la fin”.

Grâce à quelques arrêts de Le Goff et en profitant des rotations chartraines moins efficaces, Mulhouse revenait effectivement à sept buts, et avait même deux balles de -6. Mais Grahovac veillait et détournait les shoots de Serrano (25-18, 51′). “La différence se fait dans les buts, les miens n’ont pas été bons, tandis qu’en face, Grahovac fait un superbe match” analysait coach Ighirri. “On n’a pas joué en défense, les gardiens n’ont pas été bons et collectivement on n’a pas été présents non plus. C’est aussi simple que ça”. Et le pourquoi de ce non-match, c’est peut être Grégory Martin (pgoto ci-dessus) qui le donnait : “On avait une énorme pression par rapport à notre passif et on avait à coeur de trop bien faire. On a perdu des ballons mais dans des situations faciles. On s’est fait marcher dessus”. Cette frayeur passée, Chartres pouvait repartir de plus belle, et c’est son meilleur joueur de champ, Robin Molinié qui allait saler une dernière fois l’addition, sur un tir à la dernière seconde pour donner dix buts d’avance avant le retour en Alsace samedi (32-22, FM).

En parlant du retour, le capitaine chartrain se montrait d’ailleurs prudent, malgré le matelas confortable en faveur de son équipe : “On ne sait jamais, il faudra y aller avec les mêmes intentions. Ce serait trop bête de perdre la montée après tout le travail effectué”. De l’autre côté Brahim Iguirri voit déjà pointer le spectre d’une troisième finale perdue en quatre ans, après celle face à Billère en 2012 et Dijon en 2013. “Il va falloir jouer le match retour, et franchement, je ne nous vois pas en marquer 32 au retour. Il faudra gagner parce qu’on a une revanche à prendre, mais il n’y aura jamais cet écart” disait-il dans un premier temps, avant de vouloir croire au miracle. “A moins que notre gardien sorte tout et là, on ne sait jamais en sport !” A moins d’un vrai miracle, cela semble quand même plus que compliqué…

Pro D2, Finale aller
Chartres MHB 28
32 (16)
Mulhouse HSA
22 (8)
Chartres, Halle Jean Cochet
Arbitres: Raouf Gasmi, Karim Gasmi
Molinié
Kieffer
Oslak
Paillasson
Arvin-Berod
Monnier
Nivore
Roche
Karsenty
Capella
9 dont 3 pén
7
3
3 dont 1 pén
3
2
2
1
1
1
Martin
Becirovic
Jeauneau
Petricevic
Cherrier
Muller
Serrano
9
6
2 dont 1 pén
2
1
1
1
Grahovac 17 arrêts dont 3 pén Ciobanu
Le Goff
2 arrêts
7 arrêts
Entraîneur: Pascal Mahé Entraîneur: Brahim Iguirri
Exclusions: 6 min (Paillasson x2, Roche) + CR Roche Exclusions: 20 min (Petricevic x3, Martin x2, Iguirri x2, Becirovic, Cherrier, Serrano)

De notre envoyé spécial à Chartres, Kevin Domas

HandNews & CasalHand
Pub Espace Pronos Proligue

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).