All – J5

Hanovre reçu cinq sur cinq

Source : die-recken.de

Le TSV Hannover-Burgdorf reste leader de Bundesliga après avoir renversé la vapeur face à Magdebourg (32-30). Melsungen a été tenu en échec à Lemgo, Kiel, Flensburg et les Löwen ont gagné.

Le match de la semaine : TSV Hannover-Burgdorf – SC Magdebourg

Seul leader depuis la semaine dernière, Hanovre a désormais un statut d’équipe à battre. Le challenger du jour, Magdebourg, est disposé à faire tomber les Preux chevaliers de leur piédestal et leur infliger leur première défaite de la saison. Après une bonne entame des locaux (4-2, 8′), c’est en effet Magdebourg qui prend les commandes de la partie, porté par un Mads Christiansen (photo) en pleine possession de ses moyens (12 buts). L’arrière danois donne le premier avantage de son équipe (4-5, 13′), avant que son compatriote Michael Damgaard n’offre cinq buts d’avance aux siens (6-11, 19′). L’écart passe à six longueurs sur un nouveau but de Christiansen (7-13, 24′). Magdebourg est bien en place, et domine la rencontre. Hanovre, pas impérial en défense, montre une réaction en fin de mi-temps, incarné par cette récupération de balle de Martin Ziemer qui sert Casper Mortensen avec une passe laser, que l’ailier du TSV transforme en but juste avant la sirène (13-17, 30′).

A la pause, Carlos Ortega dit à ses joueurs de rester calmes. Et alors que Christiansen, encore lui, redonne cinq buts d’avance au SCM (17-22, 38′), son équipe craque dans les minutes suivantes en encaissant un 5-0, conclu par un tir puissant de Fabian Böhm (22-22, 43′). Comme contre Kiel la semaine passée, l’ex meilleure équipe de RDA a dilapidé son avance en peu de temps autour de la 40e minute. Robert Weber redonne quand même deux buts à son équipe dans une fin de rencontre serrée (25-27, 51′). Mais sur un nouveau but de Böhm, Hanovre prend l’avantage (29-28, 55′). Mortensen, sur 7 mètres, accroît l’avance du TSV à moins de trois minutes de la fin (31-29, 58′), mais alors que Damgaard a réduit l’écart, le banc magdebourgeois prend un deux minutes. En cause, un passage en zone de Torge Johannsen sifflé en neuf mètres pour Hanovre, alors que Bennet Wiegert demandait que le ballon soit rendu à Magdebourg. Johannsen marque, Matthias Musche manque un penalty dans la foulée et Hanovre s’impose (32-30). Wiegert rejoint directement les vestiaires, en colère. Les joueurs d’Hanovre peuvent quant à eux fêter leur cinquième victoire d’affilée en championnat. Un début de saison historique pour les coéquipiers de Kai Häfner, qui dominent toujours le classement. Seuls.

Sortie de crise pour Kiel

La tête, Kiel en est loin. Avec deux défaites de rang et une mini-crise interne au poste de gardien de but (3 arrêts pour la paire Wolff-Landin contre Melsungen), le THW cherchait à soigner ses maux. S’opposer à Leipzig, même à domicile, n’est pas le meilleur remède : le SC DHfK sort d’une victoire acquise contre Flensburg… Kiel entre du bon pied dans le match, Steffen Weinhold donne deux buts d’avance aux Zèbres (5-3, 12′). Mais Leipzig prend l’avantage un peu plus tard, Yves Kunkel allant conclure un contre (6-8, 17′). Après un passage en supériorité numérique, Kiel repasse devant et a l’avantage à la pause (15-14, 30′). Leipzig répond un peu plus tard. Clairement à la hauteur du rendez-vous, les Saxons prennent l’avantage sur un tir à la hanche d’Andreas Rojewski (19-20, 39′). Mais les vingt dernières minutes des Verts sont moins bonnes. La faute en partie à Miha Zarabec, qui fait dérouter la défense leipzigoise par son jeu et ses buts (6/7 au tir) et à Niklas Landin (photo), choisi pour garder les buts. Le Danois a sorti 18 parades (41%), et a donc laissé Andreas Wolff spectateur du match. Weinhold donne un avantage de quatre buts à Kiel (27-23, 53′) et les hommes d’Alfred Gislason se font du bien au moral en gagnant la rencontre (29-26). Insuffisant néanmoins pour pouvoir rivaliser avec Paris le dimanche suivant en Ligue des champions.

Victoires pour Flensburg et Rhein-Neckar

Pas forcément en confiance non plus après deux défaites en quatre journées, Flensburg devait l’emporter face à Erlangen pour reprendre la route vers les hauteurs du championnat. Mais le club franconien est accrocheur, et Martin Stranovsky marque en contre malgré une infériorité numérique du HCE (7-8, 15′). Flensburg reprend l’avantage avant la mi-temps grâce à Holger Glandorf (14-12). Avec ses douze buts marqués, l’arrière droit du SG (photo) est le meilleur joueur du match, volant la vedette à Thomas Mogensen et Mattias Andersson, qui fêtaient tous les deux leur 500e match de Bundesliga. C’est lui qui donne l’avantage de quatre buts en deuxième mi-temps (18-14, 36′), avant que son équipe s’envole au tableau d’affichage. Hampus Wanne marque le +8 (25-17, 50′) et sécurise la victoire de son équipe (29-21). Flensburg a pu enchaîner avec une victoire en Ligue des champions samedi, dans la douleur face aux Danois d’Aalborg (30-27).

Autre club engagé en Ligue des champions, Rhein-Neckar a également joué deux matchs en l’espace de trois jours. A Gummersbach vendredi, les Lions n’ont pas été parfaits mais ont assuré la victoire (26-29). Le VfL a trop peiné en première période pour marquer des buts face à la bonne défense de RNL, Dirk Beuchler devant poser son deuxième temps-mort dès la 23e minute après un nouveau but de Jerry Tollbring (6-12). Le Suédois est décidément bien dans sa nouvelle équipe, avec un joli bilan de huit buts marqués. Gummersbach a néanmoins offert un meilleur visage en deuxième période, revenant à trois buts (17-20, 43′), et forçant son adversaire à jouer à 7 en attaque, mais l’écart n’a jamais été plus faible. La prestation demeure néanmoins encourageante pour les partenaires de Florian Baumgärtner (8 buts). De leur côté, les Löwen rapportent deux points sans trop trembler, et montent ainsi sur le podium. Dimanche, ils ont pu aussi rivaliser avec Barcelone, en accrochant le nul de justesse (26-26).

En difficulté, Berlin et Melsungen prennent des points

Melsungen n’a pas réussi à enchaîner avec une victoire suite à sa prestation de qualité contre Kiel, la semaine dernière. A Lemgo, les partenaires du troisième meilleur buteur du championnat Julius Kühn (encore auteur de 8 buts) ont souffert. Privés des frères Müller, de Timm Schneider et de Felix Danner, le MT a signé un bon début de partie, prenant quatre longueurs d’avance après un penalty marqué par Michael Allendorf (4-8, 14′). Mais Lemgo comble rapidement l’écart, Tim Suton redonne l’avantage aux siens (10-9, 22′). Avec en plus un bon Peter Johannesson dans les buts (13 arrêts), le TBV garde les devants à la pause (13-12, 30′). La deuxième période part sur des bases équilibrées, mais Lemgo met le turbo et prend trois buts d’avance (23-20, 52′). Dener Jaanimaa égalise (24-24, 55′), et Melsungen parvient à conserver le point du nul avec un dernier arrêt de Nebojsa Simic devant Andrej Kogut (26-26). Le match nul satisfait tout le monde. « Si on m’avait proposé un point avant ce match contre Lemgo, je l’aurais pris de suite », affirme ainsi Michael Roth, l’entraîneur de Melsungen, quand Kogut se dit « très content » du point pris face à l’actuel deuxième du championnat.

Berlin était en déplacement à Hüttenberg. Le promu lui a donné toutes les peines du monde, avec sa défense bien en place et son jeu de contre. Les Renards se sont ainsi retrouvés menés au score un bon moment en première mi-temps : Vladan Lipovina donne même trois buts d’avance au TVH (13-10, 23′). Petar Nenadic égalise peu avant la pause (16-16, 30′), et les Berlinois se donnent de l’air au retour des vestiaires, Fabian Wiede leur donnant quatre buts d’avance (18-22, 42′). Mais Hüttenberg revient au score. Idéalement servi par Lipovina, le pivot Moritz Zörb ramènent Hüttenberg à une longueur (25-26). Mais Berlin sait garder la tête froide, et Petar Nenadic (photo), parfait (9/9 au tir), met à l’abri son équipe qui l’emporte de deux longueurs (28-30). Hüttenberg a accroché beaucoup d’équipes, mais ne compte pour l’instant qu’un point au compteur et est premier relégable.

Dalibor Doder offre un point à Minden

Le demi-centre suédois de Minden Dalibor Doder (photo) a déjà 38 ans, mais il a toujours des cannes, et du sang-froid. Il l’a montré de bien belle manière lors de la réception de Göppingen. Les visiteurs démarrent la rencontre pied au plancher (0-4, 6′) et conservent leur avantage de quatre buts une bonne partie de la première mi-temps. Kresimir Kozina, auteur de 7 buts, est une aide formidable pour le jeu d’attaque. L’écart reste le même à la pause (12-16). La donne change au retour des vestiaires : avec cinq buts d’affilée – dont le dernier marqué par Doder, bien servi par Andreas Cederholm – Minden égalise (18-18, 38′). Pas de quoi prendre l’avantage de suite (18-21, 40′), mais le GWD, porté par sa défense, est bien revenu dans le match (24-23, 52′). Dans une fin de match palpitante, Allan Damgaard rend l’avantage à Göppingen (25-26, 59′). Minden arrive en bout de possession, les arbitres arrêtent le chrono pour un 9 mètres à quatre secondes de la fin. Doder est servi à 10 mètres du but et trouve les filets. « J’ai eu de la chance », souriait le Suédois au micro de Sky après le match. Avec ce but, Minden décroche le match nul (26-26). « Je n’ai pas compris pourquoi les arbitres ont arrêté le temps, demandait de son côté Magnus Andersson, surtout déçu des erreurs techniques de son équipe. Je ne suis vraiment pas satisfait de ce point. »

Lübbecke et Ludwigshafen battus

Sale temps pour les promus. En plus de la défaite d’Hüttenberg, Ludwigshafen s’est aussi incliné du côté de Stuttgart (25-22). Vainqueurs la semaine dernière de Lemgo, les Chouettes ont pourtant livré une bonne prestation chez leur voisin. Après une première mi-temps dominée au score par Bittenfeld (13-12, 30′), Ludwigshafen a pris les devants au retour des vestiaires. Gunnar Dietrich, le joueur le plus expérimenté de cette équipe très jeune, donne deux buts d’avance aux Eulen (16-18, 42′). Mais Ludwigshafen craque dans les dix dernières minutes, Dietrich prenant notamment un carton rouge (54′). L’expérience de Michael Kraus (5 buts), la vitesse et la justesse de Bobby Schagen (9/10 au tir dont 4/5 pen.) et la vista de Stefan Salger (6/6) ont parlé pour Stuttgart qui gagne son deuxième match de la saison.

Enfin, rien ne va à Lübbecke, toujours dernier du classement et seule équipe à ne pas avoir engrangé un seul point. Le TuS a perdu son cinquième match sur cinq à domicile contre Wetzlar (17-23). Mené assez vite, Lübbecke a réussi à revenir à un but à la mi-temps (9-10), mais manque vraiment trop d’occasions en attaque, avec beaucoup de ballons perdus. Pour ne rien arranger, Benjamin Buric a brillé dans les buts (15 arrêts, 50%), la veille de l’annonce de son futur transfert pour Flensburg. Après trois matchs sans victoire, Wetzlar retrouve le goût du succès, une saveur qu’aimerait bien découvrir Lübbecke. Dimanche, le TuS sera à Mannheim pour affronter Rhein-Neckar Löwen.

Retrouvez le classement sur notre site.

Mickaël Georgeault

Pub Espace Pronos Allemagne

7 CommentairesPoster un commentaire

  1. Pseudo - le 18 septembre 2017 à 18h57

    Landin est danois* (Il est écrit Suédois)

    • Lanfillo - le 18 septembre 2017 à 19h15

      Corrigé, merci de ta vigilance. On va prendre ça pour un lapsus, je n'ai pas d'autre explication ^^

  2. Kieler - le 18 septembre 2017 à 20h26

    J'ai adoré le match entre Kiel et Leipzig. Il me semble que l'auteur de l'article en est fervent supporter d'ailleurs 😉

    C'est vraiment une équipe qui grandit. Je le dis à chaque fois mais ça me fait beaucoup penser à Nantes qui est devenu un top 16 européen. C'est juste dommage qu'ils n'arrivent pas à atteindre une coupe d'Europe pour l'instant. En continuant un recrutement intelligent et des finances qui suivraient ferait de Leipzig un club européen dans peu de temps. J'espère en tout cas !

    Quant à Kiel, no comment. Je suis nostalgique de l'époque des Ahlm, Andersson, Jicha, tout ça tout ça. Mais c'est mieux pour le championnat, il y a du suspens au moins. Mais Hannovre c'est juste pas possible SVP.

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

Handnews sur Facebook
En direct Voir toutes les brèves