LdC (M) – J9

Montpellier n’est plus irrésistible

Crédit photo : PatriciaSports

Montpellier a connu sa première défaite depuis début septembre en s’inclinant à domicile contre le Besiktas Istanbul en Ligue des champions (28-33). Une défaite qui ne remet pas en cause leur première place de la poule D, acquise depuis quelques semaines.

Quel enjeu pour un tel match ? Montpellier, invaincu, est déjà qualifié. Pour le Besiktas, les chances de qualification étaient quasi nulles avant ce week-end, et elles ont été anéanties par Zaporozhye, vainqueur contre le Melatlurg à Skopje (22-30), hier. L’enjeu était donc extrêmement faible, mais pas l’intérêt de la rencontre. Qui a vu le match aller sait à quel point le club stambouliote sait embêter l’équipe héraultaise. Le match faisait donc office de gros test pour les deux adversaires, surtout pour l’effectif du MHB sans Melvyn Richardson et Diego Simonet, les derniers à avoir rejoint Mathieu Grébille et Ludovic Fabregas à l’infirmerie ; Michaël Guigou assistant quant à lui au match sans quitter le banc des remplaçants.

Istanbul montre plus d’envie

Crédit photo : PatriciaSports

Le plus convaincant en début de rencontre est sans conteste le Besiktas. Les Turcs prennent le premier avantage, et rapidement deux buts d’avance par Tolga Özbahar (1-3, 4′). Mohammed Soussi ramène une première fois le MHB à hauteur (6-6, 12′), mais une bonne période de Karim Hendawy plus tard et Istanbul creuse à nouveau l’écart (7-9, 14′). Montpellier manque de précision et de constance. Exemple marquant : le MHB égalise difficilement (10-10, 21′), mais avec une nouvelle perte de balle, se retrouve encore une fois deux buts derrière (10-12, 22′). Müfit Arin sent alors le bon coup, pose un temps-mort (12-14, 25′) et donne les bonnes consignes. Sur l’action suivante, Özbahar, pas assez cadré par l’axe défensif montpelliérain (5 buts en première période), trouve la faille. Arnaud Bingo perd ensuite un ballon et le contre turc est foudroyant, bien conclu par Nemanja Pribak (12-16, 26′). Défense pas assez solide, Portner qui s’est éteint après le premier quart d’heure, déchet en attaque : logique que Montpellier se retrouve cinq buts derrière à la pause avec tant de lacunes (14-19, 30′).

Une réaction héraultaise insuffisante

La deuxième période commence comme a fini la première pour Montpellier : avec du déchet. Pribak ne se fait pas prier pour donner sept buts d’avance à Besiktas, parti pour faire l’exploit à Bougnol (15-22, 33′). Après ce début à l’envers, le MHB sert les boulons en défense, en mettant enfin de l’intensité. Des passages en force sont sifflés contre le Besiktas, Montpellier a des contres et Kavticnik marque dans le but laissé vide pour conclure une série de 4-0 (19-22, 37′). Le rythme et la tension sont montés d’un cran, les premières excluions sont sifflées, dont une double pour Vid Kavticnik (38′). En attaque, l’entrée de Jonas Truchanovicius fait du bien aux Montpelliérains. Mais le Besiktas ne perd pas le nord, et ses ailiers restent efficaces : Faruk Vrazalic marque dans le but vide pour redonner 5 buts d’avance aux Turcs (20-25 40′). Montpellier connaît encore quelques maladresses en attaque, et aussi du déchet au tir, ce qui empêche les locaux de recoller. Après que Théophile Caussé, en contre, ait ramené encore une fois Montpellier à trois buts (24-27, 48′), Vrazalic, malgré l’infériorité numérique de Besiktas, redonne cinq longueurs d’avance aux siens (24-29, 50′).

Sur son temps-mort et alors que Montpellier compte toujours quatre buts de retard (25-29, 53′), Patrice Canayer demande à ses hommes de ne pas se précipiter en attaque et de passer en sur une défense plus agressive, en 4-2. Mais ces consignes ne sortent pas Montpellier de la panade, puisqu’il y a toujours des tirs faciles pour Hendawy ou du déchet en attaque et que les Turcs trouvent des solutions même dans le nouveau système défensive du MHB. Le Besiktas marque quatre buts de suite, un contre conclu par Vrazalic, juste après un nouveau temps-mort montpelliérain, scellant définitivement l’issue du match (26-33, 57′). Montpellier s’incline finalement de cinq buts (28-33), ce qui met fin à l’invincibilité héraultaise. Le MHB n’avait plus perdu depuis la demi-finale du Trophée des champions contre Nantes, le 1er septembre dernier. Soit 86 jours sans connaître la défaite, une belle série à laquelle le Besiktas a mis fin.

La feuille de match

Montpellier HB – Besiktas JK Istanbul : 28-33 (14-19).

Arbitres : MM. Herczeg et Südi (HON).

Montpellier : Portner 5/24 arrêts (20,8%), Gérard 4/17 dont 0/3 pen. (25,6%) – Hakiki, Villeminot 0/2, Caussé 2/4, Truchanovicius 6/9, Toumi 2/3, Bos, Guigou, Kavticnik 5/6 (dont 2/2 pen.), Bonnefond 0/2, Faustin 1/2, Porte 4/8, Bingo 0/1, Afgour 5/5, Soussi 3/5. Entraîneur : Patrice Canayer. Exclusions : Bingo (36′), Kavticnik (38′, 2+2 minutes).

Besiktas : Hendawy 10/37 arrêts dont 0/1 pen. (27%), Gunay 0/1 pen., Karatay – Vrazalic 6/7, Pribak 5/6, Lazarov, Krsmancic 2/4, Buljubasic, Demirezen, Radojkovic 2/4, Özbahar 6/8, Ersin, Keser, Nuic, Tomic 6/7, Döne 6/10 (dont 3/3 pen.). Entraîneur : Müfit Arin. Exclusions : Pribak (36′), Buljubasic (42′), Radojkovic (49′).

Mickaël Georgeault

Pub Espace Pronos EHFCL

28 CommentairesPoster un commentaire

  1. Manman43 - le 26 novembre 2017 à 19h41

    Cette défaite fera dégonfler les têtes de certains joueurs. L’interview de Porte à la fin du match bravo et excellent. Cette défaite est salutaire pour la suite puisqu’elle ne remet rien en cause dans le classement de la poule…mais elle fait tâche !
    Ils nous doivent une revanche mercredi à Dunkerque !

  2. fred - le 26 novembre 2017 à 19h54

    Plus que cette défaite qui même sans importance casse la dynamique positive depuis le début de saison, c’est surtout le nombre de blessures qui inquiète. Le nouveau préparateur physique (ex nantais) n’aura finalement eu que peu d’influence par rapport aux saisons précédentes, un simple décalage temporel des blessures. Autant j’étais assez confiant pour le match contre Paris fin décembre, autant là je pense qu’avec le retour de Karabatic, Narcisse ou encore la grande forme d’Omeyer, ce sera sans doute plus difficile pour Montpel que pour Paris

    • Sasori9 - le 26 novembre 2017 à 20h01

      Oui mais ce n'est pas seulement préparation physique. La question est comment ca se passe à l'entrainement dirigé par Canayer ?

      Sinon pour ce match, ce n'est pas les blessures ou les joueurs cadres absent qui sont la cause mais le comportement des joueurs : trop arrogants à mon gout. Un joueur qui intercepte le ballon et part tout seul, au lieu d'être sérieux, il fait n'importe quoi.Comme ils se font dominé par les turques alors ils s'énervent… Et on connait la suite.

      Les Turques veulent gagner, ca se voit donc il ne faut pas les sous estimer.

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).