Euro (M)

Les favoris ne déçoivent pas

Les équipes des groupes A et C étaient les premières sur le pont pour le début de l’Euro masculin. Bien qu’inquiétées par leurs adversaires, l’Allemagne, l’Espagne et la Croatie n’ont pas raté leur entame.

Groupe A

Pour débuter la première journée de la compétition à Graz, la Biélorussie, une nation vue comme un outsider crédible par de nombreux observateurs, défiait la Serbie. Les Biélorusses sont les premiers à faire un écart (10-6, 14′), mais les Serbes se réveillent et leur capitaine Nemanja Ilic égalise (13-13, 25′). Les partenaires de l’ailier toulousain craquent cependant en deuxième période, avec seulement quatre buts marqués pendant un quart d’heure, pendant que leurs adversaires, portés par un Artsem Karalek très efficace (9 buts sur 10 tirs), s’envolent au score (18-18, 34′ ; 28-22, 49′). La Biélorussie l’emporte logiquement 35-30 face à une équipe de Serbie qui confirme ses difficultés défensives, déjà entrevues en Golden League.

La Croatie, équipe favorite du groupe, a été bousculée par le Monténégro. Les deux équipes sont restées au coude-à-coude durant toute la première période, et les Croates, en tête de deux buts à cinq minutes de la mi-temps (11-9, 25′), connaissent un passage à vide ensuite, à peine comblé par un but de Marino Maric sur le buzzer (12-13, 30′). Au retour des vestiaires, les Croates dissipent le suspense avec l’aide de leur demi-centre Luka Cindric (6 buts) et d’une défense qui a élevé son niveau (19-15, 41′). Porté par un public venu nombreux du fait de la proximité de la frontière, les Croates maîtrisent la fin de rencontre pour l’emporter de six buts d’avance (27-21).

Groupe C

Luc Steins (Pays-Bas)

L’Allemagne a réussi son entrée dans la compétition face aux Pays-Bas. Après avoir encaissé les deux premiers buts de la partie, les Allemands ont pris le contrôle de la rencontre avec un 10-2 (10-4, 15′). Mais le carton rouge pris une minute plus tard par le capitaine de la Mannschaft Uwe Gensheimer, sanctionné après un sept mètres envoyé dans la figure du portier Bart Ravensbergen, donne un coup au moral aux hommes de Christian Prokop. Emmenés par un très bon Kay Smits (6 buts en première période), les Oranjes recollent (12-11, 24′). Les Pays-Bas restent ensuite au contact de l’Allemagne, et ont même une balle d’égalisation à la 35e minute. Mais une interception de Timo Kastening, qui marque lui-même dans la continuité, permet aux Allemands de garder la tête, une avance confirmée dans la foulée (20-16, 41′). Malgré une belle performance du Toulousain Luc Steins, sacré meilleur joueur du match (6 buts), les Hollandais craquent en fin de rencontre, alors que le portier allemand Andreas Wolff se met à enchaîner les parades (12 arrêts à 39%). L’Allemagne l’emporte 34-23, un score qui satisfait Christian Prokop, l’entraîneur allemand : “Je suis très heureux qu’on ait pu gagner face à une équipe hollandaise qui a un jeu rapide et rusé. Je suis content que l’équipe ait gardé la tête froide.”

Raul Entrerrios (Espagne)

L’Espagne a aussi eu du fil à retordre face à la Lettonie, une équipe qui, comme les Pays-Bas, participe à son premier Euro. Les Lettons jouent de manière décomplexée face au tenant du titre en prenant l’avantage d’entrée de jeu. L’Espagne semble avoir du mal à manier la défense lettone, et ne marque son premier but qu’à la huitième minute de jeu, sur penalty (1-3, 8′). Sur un shoot puissant, Dainis Kristopans, l’atout majeur des Lettons en attaque (5 buts en première période) maintient l’avance de son équipe (6-7, 17′), avant que la Roja ne prenne progressivement l’ascendant (10-8, 23′), malgré le carton rouge direct pour Jorge Maqueda, confirmé par la vidéo (25′). Sur la sirène, le superbe tir d’Uvis Strazdins permet à la Lettonie de réduire un écart qui commençait à grossir (14-11, 30′). En deuxième période, les Lettons restent un temps dans le match, en profitant notamment du deuxième carton rouge pris par un Espagnol, en l’occurrence Viran Morros (32′). A deux longueurs (18-16, 40′), la Lettonie ne tient finalement pas le rythme et enchaîne les pertes de balle et les mauvais choix offensifs. L’Espagne en profite, et enchaîne un 7-0 fatal aux Lettons (25-16, 50′). Comme l’Allemagne, l’Espagne, aidé par les buts marqués sans gardien, fait donc respecter son statut et s’impose assez largement (33-22). Les deux costauds du groupe seront face à face samedi à Trondheim.

A Trondheim, Mickaël Georgeault

7 CommentairesPoster un commentaire

  1. Jack3544 - le 9 janvier 2020 à 22h15

    1er enseignement, même si les favoris se sont imposés, ils n'ont fait le trou qu'en milieu de 2nd période. Attention au premier match! demain contre le Portugal, qui est plus forte que les PB, la Lettonie ou le Montenegro! Quand j'entend Dinard dire : "sans manquer de respect pour le Portugal, on est meilleur!", ça fait peur. Certains sites étrangers nous donnent sortis au 1er tour!
    2ième enseignement, l’utilisation de la VAR. Normal, les cartons rouges sont légitimes! Attention à notre Di Panda, qui a tendance à laisser trainer ses mains!

    • rkj4 - le 9 janvier 2020 à 23h14

      Meilleurs que les Portugais, c'est évident. Mais par expérience, les Français sont prévenus que ça ne suffit pas forcément pour gagner à la fin. Alors, "sans manquer de respect" à DD, il a intérêt à potasser son match avant de le jouer. Mais je suppose qu'il est au courant.

      Sur les matchs du jour, leur scénario ressemble à celui où des équipes plus fortes espèrent gagner sans trop se fatiguer, avant de se rendre compte qu'il faudra faire un effort pour y arriver. D'où 2 mi-temps généralement très différentes. Un scénario que le Psg connaît bien.

    • Poluxhand - le 10 janvier 2020 à 01h38

      Je pense sincerement que l edf est loin d’être la meilleure équipe,,le Portugal joue tres bien ,ils ont rien a envier au francais.A chaque poste,on est loin d’être les meilleurs comme ce fut le cas dans les années precedentes..
      Cherchez pas,que ça soit dinart ou je ne sais qui le coach,l’équipe est quand même fragile.. le Danemark est au dessus de toute les équipes ensuite c est kif kif…
      Norvège France Allemagne Espagne sont du même level..
      Maintenant à nos guardiens de faire la.dif…je doute fortement de Gérard,par contre les deux autres peuvent faire la difference…
      Remilli Richardson ont le pouvoir aussi,ensuite il y a vraiment pas de quoi crier victoire,loin de la…
      Prandi est bon mais de la a être un futur Hansen,vous allez un peu vite avec lui…
      Vous allez vite vous rendre compte que cette edf n’est pas folle folle!!

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).