LdC (F) – 1/4 retour

Éliminé, Metz aura pourtant tout tenté

Hier aux Arènes, Metz a frôlé l’exploit. Après le gouffre qui séparait les deux équipes après le match aller (-13), il fallait que les Messines tutoient la perfection pour espérer se qualifier. Ultra-dominatrices, elles auront creusé l’écart jusqu’à neuf buts avant de craquer dans les dix dernières minutes. Ce match aller pourra laisser de très gros regrets…

La remontée fantastique, le public messin y croyait et l’a fait très rapidement sentir. Pleines et bruyantes comme rarement, les Arènes ont énormément poussé leurs protégées au point d’entrevoir l’exploit… Mais Metz partait de trop loin.

Dès l’entame de match, la pression défensive des Dragonnes est terrible. Face à des Roumaines à côté de la plaque, rien – ou presque – ne passe. Metz mène rapidement (4-2, 8′) mais l’écart ne se creuse pas suffisamment rapidement. Deux buts d’avance et déjà des regrets : deux 7 mètres manqués tandis que Gullden a excellé dans l’exercice ce soir (6/6). “Si on met nos deux pénos, je me demande encore quelle aurait été la tournure du match”, avouait Manu Mayonnade après coup. Cette frustration allait se renforcer toute la première période tant Metz domine son sujet mais peine à concrétiser. Tour à tour, Luciano, Houette et Nocandy trouvent des solutions mais ne marque pas alors que Bucarest, sans être flamboyant, reste deux buts derrière (8-6, 17′).

Manu Mayonnade choisit alors de passer à 7 joueuses en attaque, un choix payant puisque Bucarest se fait alors enfoncer de partout. L’écart grimpe jusqu’à la mi-temps (17-9, MT), une avance importante mais qui aurait mérité de l’être davantage.

La seconde mi-temps démarre sur les mêmes bases. Manon Houette plante un 3-0 d’entrée et tout le public messin se prend à rêver tout haut. Bucarest n’existe pas, Marina Rajcic sort un match monstrueux, et même Cristina Neagu se frustre et prends deux minutes. Les Arènes bouillonnent, derrière leurs joueuses comme jamais (20-11, 41′). “A ce moment, les Roumaines n’en menaient pas large et il nous restait beaucoup de temps”, explique Mayonnade. Mais jamais Metz ne passera à +10. À l’entrée du dernier quart d’heure, les Messines semblent un peu empruntées et l’écart se stabilise à 8/9 buts. A l’inverse, les Roumaines semblent sorties de leur torpeur et Neagu enclenche la marche avant (6/7 en seconde période). Quasi-seule, elle va gérer l’écart obtenu lors du match aller.

Les derniers espoirs messins s’envolent alors. Auteures d’un excellent match chez elles (27-20, FT), les Messines vont malheureusement ressasser longtemps le calvaire du match en Roumanie et son relatif manque d’efficacité par moment ce dimanche. Johanssen et Bucarest auront (encore) réussi leur pari et accèdent de nouveau au Final 4. On aurait aimé gagner ici, c’est un sentiment un peu partagé, note Camille Ayglon-Saurina, arrière droite de Bucarest. On voulait continuer à avancer vers ce Final Four avec une victoire mais se qualifier malgré un jour sans, c’est un luxe. Il faudra être au rendez-vous en demi-finale, qu’importe l’adversaire.”

“Avant le match, on avait pris la citation de Nelson Mandela “Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends”, explique Manu Mayonnade. C’est ce qu’il fallait retenir de notre match aller. La prestation du retour a été incroyable. On les a fait douter pendant longtemps, longtemps, longtemps. Mes joueuses ont été superbes. On était convaincu qu’on pouvait le faire. Si demain, je suis amené avec cette équipe là à revivre un scénario identique, j’y croirai encore. Mais les regrets, trop peu pour nous maintenant désolé. On doit déjà se tourner vers les prochaines échéances.”

A Metz, Guillaume Grumbach (avec C.Domas)

Pub Espace Pronos EHFCL

5 CommentairesPoster un commentaire

  1. LIDLstarLIGUE - le 16 avril 2018 à 11h08

    Quelqu'un peut m'expliquer comment après le match, les joueuses pouvaient être contente de leur prestation ?
    Je m'explique…
    Victoire 27-20 certes, mais élimination de la LDC tout de même… Bucarest est une équipe du top Europe on est d'accord mais je pense que Metz aussi…
    On a également remarqué que Bucarest est venu aux arènes avec la victoire déjà avant le match, elles ne souhaitaient pas gagner ce match ça c'est remarqué au bout de 10mn de jeu…

    Donc pour ma part j'ai trouvé des joueuses relativement souriante et contente de leur parcours… je dis pas qu'il faut tirer la gueule mais bon… c'est étrange de voir autant de joie après une élimination dans la seule compétition qu'elles DOIVENT gagner. Parce qu'entre nous, le champion et la coupe de france c'est vraiment de la rigolade pour elles…

    • Sasori9 - le 16 avril 2018 à 17h45

      Ca fait 20 ans que Metz tente d'aller dans le dernier carré de LdC, les Dragonnes n'ont jamais réussi. Cette année, c'est la deuxième année de suite que Metz est allé jusqu'au quart. C'est la première fois pour un club Français d'aller jusqu'à là. Et en plus elles ont tenu tête aux meilleurs clubs Européens dont Buducnost, Bucarest. Elles ont réussi à éliminer FTC Budapest, un des pire ennemie de Metz comme Gyor. Elles ont réussi à battre Vardar.
      Metz a l'effectif des jeunes formé à la formation et quelque joueuses cadres, l'ossature de l'équipe de France alors que Gyor, Bucarest, Vardar…. a l'effectif des All Star Europe.

      Jusqu'à mtn, les clubs Francais n'ont réussi que a Coupe challenge, C3 et la coupe d'Europe des coupes, C2.
      Je trouve normal que les joueuses sont contentes.

      Et enfin, on m'a expliqué aussi les greves de SNCF et de Air France ont compliqué la tache, les Messines ont passé presque 2 jours de voyage entre Brest et Bucarest avec un vol et deux train annulés. C'est quand même énorme !
      Je te dis tout de suite que 2 jours de voyage en moyen de transport, c'est très usant et très fatiguant.
      Les Dragonnes n'ont que trois jours pour préparer avant le match aller. Et les Roumaines ont deux semaine de repos. Franchement, c'est impossible de préparer dans une bonne condition ! La je peux comprendre pourquoi le tel écart : 13 points. Je n'ai pas pensé aux greves de SNCF.. Fédé ne fait pas d'effort de déplacer la date. Dommage !
      La fraicheur joue bcp en LdC.

      • LIDLstarLIGUE - le 17 avril 2018 à 08h48

        Merci pour ta réponse 🙂

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

Handnews sur Facebook
En direct Voir toutes les brèves