LdC (M)

Accambray : “Celje, la meilleure alternative possible”


Depuis hier matin, William Accambray est officiellement un joueur de Celje. Arrivé en 2017 à Veszprem, il a fait le choix d’aller chercher en Slovénie un temps de jeu que son club ne pouvait pas lui garantir. Avec comme mission de rejouer régulièrement en Champions League et, peut-être, avec l’équipe de France.

– Comment s’est prise cette décision d’être prêté à Celje ?

– Tout est allé assez rapidement. A Veszprem, on était un énorme groupe, avec beaucoup de joueurs, surtout à mon poste où on était sept arrières gauches. Vranjes avait fait le choix de faire jouer, sur la Champions League, Ilic et Mackovsek et tout ça ne me convenait pas. Et ce, pour plusieurs raisons. Déjà parce que sept arrières gauches, à l’entrainement, ça fait moins de temps de travail pour chacun. Le fait de jouer la Champions League est pour moi primordial, c’est pour ça que je suis venu à Veszprem, pour éventuellement la gagner. Etre performant dans cette compétition est très important aussi pour l’équipe de France. Au bout d’un moment, je me suis lassé de la situation et vu qu’on en est qu’au début de la saison, je ne voulais pas attendre plus. Celje proposait la meilleure alternative possible.

– Le changement de coach à Veszprem n’aurait pas pu rebattre les cartes ?

– Si Vranjes avait été limogé un mois, voire deux semaines avant, je serais sans doute resté. Mais c’est une question de timing. Je ne savais pas qu’il y allait avoir un changement de coach et quand c’est arrivé, on avait déjà entamé des négociations et elles étaient bien avancées. Je ne pouvais pas me permettre d’attendre plus, d’autant que pour l’instant l’entraineur fait juste l’intérim avant que quelqu’un d’autre n’arrive. J’ai eu une discussion avec le président car je me suis posé la question et, en pesant le pour et le contre, je me suis dit qu’on serait toujours sept arrières gauches alors autant aller bien travailler ailleurs. Je suis encore sous contrat avec Veszprem la saison prochaine, de toute façon, je pourrais toujours revenir.

– Etes-vous déçu de la façon dont la collaboration s’est passée avec Ljubomir Vranjes ?

– J’avais une bonne opinion de lui et j’ai été un peu déçu mais je ne crois pas être le seul. Pour avoir parlé avec tous les mecs de l’équipe, cela ne passait pas spécialement avec tout le groupe. Je pense que le groupe avait besoin que Veszprem prenne la décision de le mettre de côté. Le style des systèmes, les tactiques, la façon de fonctionner n’allaient pas du tout à l’équipe. Ca se ressentait un peu sur les résultats. L’an dernier, il m’a utilisé, ensuite j’ai eu une grosse blessure. C’est toujours un peu difficile de revenir dans ces conditions. J’ai eu des discussions avec lui en début de saison pour lui dire que la situation ne me convenait pas et avoir son ressenti. Il a fait venir Mackovsek car c’est un joueur qu’il voulait vraiment, Momir Ilic est là depuis un moment et sa relation avec Mate Lekai est assez bonne. Vranjes était content de mes performances mais il m’a dit qu’il fallait faire un choix. Il m’a dit que c’était très difficile de le faire, mais c’est à cause de cette discussion que je me suis dit, autant aller ailleurs pour une saison. Pour mieux travailler et jouer la Champions League.

“La décision ne vient pas de Veszprem, elle est aussi partie de moi”

– Physiquement, êtes vous revenu à 100% ?

– 100%, non je ne pense pas. Je me sens très bien mais pas à fond. Je l’étais après la préparation mais le fait de ne jouer que la ligue hongroise en ce début de saison et d’être autant à l’entrainement n’aide pas à revenir à son niveau optimal. C’est pour ça que je préfère passer cette saison ailleurs. J’ai envie d’avoir la sensation de bien me sentir, de montrer où en est William Accambray sur soixante minutes et qu’il peut toujours mettre huit buts par match. J’ai lu des choses mais la décision ne vient pas de Veszprem de me laisser aller ailleurs, elle est commune et elle est aussi partie de moi.

– Parler d’équipe de France, est-ce encore réaliste aujourd’hui ?

– J’ai vu la liste hier, c’est la première fois en dix ans, hormis périodes de blessure, que je ne suis pas sélectionné. Ca fait un petit choc. Ma décision de partir cette saison a été prise en fonction de ça aussi. Ne pas jouer la Champions League, et je l’avais dit à Vranjes, rendra plus difficile ma capacité à prétendre à l’équipe de France. Je vois que je suis complètement dans le vrai. Ma décision de partir est la meilleure.

– Vous avez tout à gagner de ce prêt à Celje ?

– Beaucoup de gens ont des choses à y gagner. Veszprem, Celje et moi aussi. Pour des raisons de contrat à Veszprem, tandis que Celje récupère un élément en plus. J’ai parlé avec le nouveau coach de Celje, il m’a dit qu’il avait besoin d’un profil comme le mien. Je pense qu’il est heureux, et tout le club aussi, de m’avoir pour cette saison. Je vais pouvoir avoir énormément de temps de jeu dans un très bon club, qui a battu Flensburg en Champions League il y a deux semaines, ce n’est pas rien. C’est un club qui a des ambitions, il ne prétend peut-être pas au Final Four mais qui a des choses à montrer.

– Avez-vous déjà eu Igor Anic, qui sera votre coéquipier à Celje ?

– Quand on était en négociation, c’est lui qui m’a appelé en premier, pour savoir le pourquoi du comment. J’avais besoin de savoir comment était le club, avoir son avis. Je l’ai vu il y a deux jours quand je suis venu passer la visite médicale et toutes les formalités, on a été prendre un café.

– Le seul point contraignant, c’est que vous ne pourrez pas jouer tout de suite en Champions League…

– Effectivement, les clubs sont obligés d’envoyer les listes toutes les cinq journées, et pour les cinq premières je suis sur la liste de Veszprem. Je ne pourrais pas jouer contre Szeged, ni à Nantes, et je ne commencerai que contre Zaporozhye.

– Donc pas de déplacement ni à Montpellier avec Veszprem, ni à Nantes avec Celje…

– Pour Montpellier, j’avais convenu avec le président que même après l’éviction de Vranjes, je ne jouerai pas en Champions League pour ne pas être bloqué. C’est le seul point un peu négatif, de manquer deux matchs avec Celje mais cela va me laisser une petite période d’adaptation pour me faire à mon nouvel environnement.

Propos recueillis par Kevin Domas

Pub Espace Pronos EHFCL

4 CommentairesPoster un commentaire

  1. cochonne - le 6 octobre 2018 à 14h22

    Bonjour
    Je crois qu'avant de vouloir "énormément de temps de jeu" il faudra d'abord être efficace.
    Ça fait quand même deux fois que William arrive dans un club tous muscles saillants et qu'au final il cire le banc.
    N'y aurait-il pas en dehors du fait qu'il soit régulièrement blessé, un petit manque d'humilité ou quelque chose comme ça?

    • rkj4 - le 6 octobre 2018 à 17h22

      Oui, ça tombe sous le sens. Vranjes avait d'autres priorités que de relancer notre chouchou à couette.
      William a eu un certain statut. Aujourd'hui, celui-ci est largement entamé. Même si ce n'est pas complètement de sa faute (blessure et puis vilain coach), c'est à lui de jouer pour le regagner.

  2. Sasori9 - le 6 octobre 2018 à 15h25

    Il faut qu'il se batte pour avoir la place. Ce n'est pas encore gagné !!!

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).