LDC (F) – J5

Brest défait pour la première fois

Alors que Brest s’en était sorti lors du derby en LBE, mercredi, la donne aura été différente cet après-midi. Les Bretonnes sont tombées sur une équipe Moscovite qui aura exploité la moindre faille pour faire tomber son adversaire une première fois.

La Russie pose des problèmes aux françaises. Brest et Metz l’ont testée. Metz en a fait les frais hier, Brest aussi aujourd’hui. Pourtant les débuts sont équilibrés entre les Bretonnes et le CSKA Moscou. Les Russes, surprises de cette LDC avec déjà un nul contre Gyor, montrent d’entrée la puissance de leur arrière Elena Mikkhaylichenko (7/10). Après un quart d’heure de jeu, les deux équipes sont encore au coude à coude. Mais les Rebelles ont du mal à se procurer des solutions et s’en remettent principalement à Kalidiatou Niakaté (8-8, 16′). Laurent Bezeau effectue alors ses premières rotations avec la sortie de sa n°15. Et les effets sont immédiats. A l’instar de mercredi face à Nantes, Brest a beaucoup de déchets dans le jeu. Il n’en faut pas plus au CSKA pour en profiter et sans être flamboyante, elles prennent le premier écart du match (9-12, 22′). Derrière, Sandra Toft (25% en 1è MT) tente tant bien que mal de garder son équipe à flot, sans grand succès face à la base arrière russe, solide. Malgré un dernier 7m de Toublanc, Moscou s’est ajouté une petite marge avant de rentrer aux vestiaires (13-17, MT).

Une réaction, mais toujours du déchet

Les mots du coach breton ont dû remobiliser les troupes. De retour sur le parquet, Brest réagit et montre enfin sa puissance offensive. Les coéquipières de Coralie Lassource reviennent progressivement dans la rencontre. En face, les Russes sont submergées et subissent une vague d’exclusion temporaire. Autour de Niakaté (6/10), toujours précieuse, le BBH revient même à une longueur (20-21, 41′). C’est le moment choisi par le coach du CSKA pour poser son temps-mort et arrêter l’hémorragie. Et c’est efficace, puisque Moscou recreuse l’écart non sans aide (20-24, 44′). Car Brest repart dans ses travers. Les déchets techniques reviennent comme les buts russes s’enchaînent. Mais ça se joue aussi dans les cages. L’entrée de Darleux aura été inefficace avec 0 parade, alors qu’en face en plus de perdre des ballons, les Bretonnes butent sur une Masson qui effectue parade sur parade. L’écart se stabilise autour de 4 buts (26-30, 57′). Même si Brest tente un dernier sursaut dans le money-time, l’avance russe était trop importante et Brest Bretagne s’incline (28-30, SF).

C’est la première défaite du BBH toutes compétitions confondues de la saison. Les échecs en attaque auront été fatales face à une équipe solide et dotée d’une grosse base arrière.

Pub Espace Pronos EHFCL

2 CommentairesPoster un commentaire

  1. lamirabel29 - le 19 octobre 2020 à 09h54

    Lorsqu'on aura des arrières qui tirent et marquent des 9-10m, on sera mieux…..
    Et beaucoup trop d’échec face à la gardienne, mauvais choix, peut être de la précipitation…..
    Il y avait de la place, les russes pas flamboyantes mais plus confiantes dans les bras de la base arrière.
    Dommage, faut gagner au Danemark maintenant pour viser la 2eme place du groupe.

  2. bdid - le 19 octobre 2020 à 12h58

    C'est le 3e match d'affilé où Brest est un peu à côté. L'absence de la polonaise Monika y est peut être pour quelque chose, mais j'ai l'impression que c'est cumulé avec la méforme d'Ana Gros. Aussi bien dans les tirs que dans les passes. Brest a eu beaucoup de mal à trouver les pivots. Après, quand tu fais jouer une ailière gauche au poste arrière droite, c'est qu'il y a un problème de banc (tout comme Metz qui à fait jouer son ailière gauche – Laura Kanor – à l'aile droite). Au niveau défense, ça passait bien pour le CSKA au centre. Le point positif, la bonne forme de Kalidiatou, J'espère que ça va durer et qu'elle va briller en équipe de France.
    Pour le moment, ce n'est pas dramatique, mais ce n'est pas super bien parti pour les 2 clubs Français, surtout par rapport à l'année dernière. D'ailleurs, je ne comprends pas que la suite de la Ligue des champions n'ait pas été jouée alors que cela va se dérouler chez les hommes. Alors qu'hommes et femmes l'ont terminée au foot. C'était peut-être la seule chance d'avoir deux clubs de handball féminin au final 4, et on annule tout. Dommage pour le hand féminin français.

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).