Coupe de la Ligue – 1/4

Nantes file au Final Four

Malmenées par une solide équipe dunkerquoise en première période, les Nantais ont su renverser la situation pour s’imposer 22-20, et se qualifier pour les demi-finales. Entré à la pause, Emil Nielsen a été décisif avec 8 arrêts, pour 57% d’efficacité.

Le début de match est assez équilibré entre les 2 équipes. Steve Marie-Joseph permet à Dunkerque de revenir à égalité, après avoir été mené de 2 buts (4-4, 10′). L’USDK est sur une bonne lancée. Haniel Langaro, auteur de 3 buts et Oleg Grams avec 3 arrêts, permettent à leur équipe de prendre les devants (8-5, 14′). En plus d’une défense dunkerquoise solide, les Nantais commettent des erreurs, qui ne leur ressemblent pas. Kornel Nagy donne 5 buts d’avance aux locaux (11-6, 22′). Cyril Dumoulin prend le dessus sur Langaro par deux fois consécutivement. Senjamin Buric en profite pour remettre le H à 3 buts (11-8, 26′). Grosse première période des Nordistes qui mènent 14-9 à la pause face au HBC Nantes. Les shooteurs manquent toutefois d’adresse avec 52% d’efficacité pour Dunkerque contre 50% pour Nantes.

Le HBC Nantes renverse la situation

Les Mariligériens sont mieux rentrés dans leur seconde période. Grâce à une défense retrouvée et une efficacité plus importante au shoot, ils reviennent à 3 buts suite au tir réussi de Valero Rivera (17-14, 37′). Les débats sont équilibrés. Grams et Emil Nielsen, rentré à la place de Dumoulin, font les arrêts qu’il faut. Dunkerque reste devant au temps-mort posé par Patrick Cazal (18-16, 46′). Seulement 4 buts inscrits en seconde période pour les locaux qui commettent des maladresses. Par l’intermédiaire de Rok Ovnicek à 2 reprises, les visiteurs repassent devant (18-19, 51′). Offensivement, l’USDK ne trouve pas de solutions face à une solide défense nantaise. Le “H” prend 2 buts d’avance suite au tir inscrit par Antonio Garcia (19-21, 54′). 8 arrêts pour Nielsen qui font la différence dans cette seconde période. Nantes file tout droit vers le Final Four du Mans (20-22, 28′).

C’est terminé aux Stades des Flandres où le HBC Nantes s’impose 22-20 et se qualifie pour les demi-finales.  Méconnaissable en seconde période, Dunkerque voit échapper sa qualification, au profit de Nantes, auteur de 30 bonnes dernières minutes. L’équipe nantaise rejoint Chambéry et Toulouse, deux autres qualifiés jusque-là.

Dunkerque Handball Grand Littoral – HBC Nantes 20-22 (14-9)

Dunkerque. Grams (9 arrêts/29 tirs), Bellahcene (2/4), Jurecic (2 buts/3 tirs dont 0/1 pén), Billant (1/3 dont 1/2 pén), Nagy (3/5), Taboada, Suholeznik, Pineiro (0/1), Martinez (0/1), Garain, Rahim (0/2), Langaro (6/14), Marie-Joseph (5/8 dont 0/1 pén), Pelayo (3/6), Nyembo.

Nantes. Dumoulin (3 arrêts/17 tirs dont 0/1 pén), Nielsen (8/14 dont 2/2 pén), Garcia (1 but/4 tirs), Ovnicek (4/6), Buric (2/2), Nyokas (1/4), Rivera (4/5), Cavalcanti (0/2), Augustinussen (3/3), Pechmalbec, Tournat (2/5), Feliho, Emonet, Minne (2/5), Lazarov (3/5), Moran.

Les réactions

Steve Marie-Joseph (joueur de Dunkerque) : C’est une très grosse déception. On a dit qu’on allait repartir pour la deuxième mi-temps mais on a eu quelques ratés, quelques soucis. On a eu du mal à se remettre dans le jeu de la première période. Nantes est une grande équipe, on le savait. Et que si on faisait beaucoup d’erreurs, à chaque attaque, il marque. On s’est battus. La première période est bien car on a beaucoup donné. Ils ont eu plus le mental en deuxième et leur gardien a fait la diff’.

Patrick Cazal (entraîneur de Dunkerque) : Je me demande si c’est réel, si c’est les mêmes joueurs que j’ai en deuxième mi-temps. C’est catastrophique de voir perdre mon équipe en ayant 5 buts d’avance, rentrer dans cette deuxième mi-temps la fleur au fusil et se mettre en totale difficulté. On refuse face à une équipe pareille, c’est du gâchis. On avait les armes, les arguments, on avait bien travaillé pour que ça soit nous au Mans. On a manqué de vrais leaders dans le jeu offensif, on a tous tremblés en même temps. C’est incompréhensible. On a débuté la seconde mi-temps en ne voulant pas attaquer, on n’a pas joué, et c’est ça le plus frustrant.
Il faut savoir ce que l’on veut, ce que l’on veut-être. Dans tous les cas, je n’ai pas d’explication, je ne sais pas s’ils en-ont. On ne fait aucun effort dans cette seconde période, et quand l’adversaire revient, on a peur. Ils ont été incapables de se libérer. On a peut-être eu ce sentiment que le match était gagné, malheur à nous.

Alberto Enterrions (entraîneur de Nantes) : On a essayé de rendre une analyse constructive à la mi-temps. Je sentais qu’il ne manquait pas grand-chose. Il y a quelques ballons qui aurait pu tomber d’un côté ou de l’autre. Ensuite, il y a eu un blocage psychologique car on a pas mal commencé le match mais quand tu prends 3, 4 buts d’écart… Ça nous fait mal car ça nous rappelle des matchs précédents, des situations qu’on a mal vécu. On a essayé de donner des indications plutôt sur le jeu et d’apporter des solutions. Il y a eu quelques changements importants comme la rentrée d’Alberto Garcia, à gauche, qui nous a apporté de la continuité en attaque et éviter des pertes de balle. On a fait la remontée à partir d’une bonne défense. L’entrée de Nielsen n’était pas prévue. Cyril (Dumoulin) n’était pas si mauvais que ça. On le sort parce qu’on cherchait une réaction car il n’était pas excellent. Il avait touché des ballons mais il n’a pas été aidé par la défense. Ce n’était pas sa faute. Emil (Nielsen) a été bien, et a été plus aidé par sa défense. Il faut voir pourquoi on n’est pas bien en première période. Il nous ait arrivé la même chose à Chambéry. C’est bien qu’on ait fait preuve de caractère. C’est vraiment la base pour construire une équipe. Là-dessus, je suis content.

A Dunkerque, Alexandre Riotte

 

 

 

10 CommentairesPoster un commentaire

  1. rkj4 - le 5 décembre 2019 à 08h59

    Les “ Mariligériens” ? Celle-là, je ne l'avait jamais entendue. Pourtant, je connais assez bien la Loire-Atlantique.

    • Jack3544 - le 5 décembre 2019 à 09h16

      idem…les ligériens oui.

    • sakadoo44 - le 5 décembre 2019 à 15h30

      habitants de loire-atlantique, utilisé au XVIIIème…une fantaisie "intellectuelle"du journaliste !

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).