Challenge Cup (F) – 1/8

A la découverte de Gorodnichanka

L’adage populaire raconte que jouer une coupe d’Europe permet de sortir du train-train du championnat. Pour ce huitième de finale de Challenge Cup, Le Havre est donc servi ! Pour nous présenter la formation de Gorodnichanka, le club biélorusse nous a orienté vers Natallia Vasileuskaya, actuelle arrière de Chambray (D2F) qui évoluait l’an dernier à Besançon et arrivée de Biélorussie au cours de l’été 2013. Visite guidée.

Gorodnichanka

Après plusieurs tentatives de prise de contacts avec le club biélorusse de Gorodnichanka, l’équipe Handnews a finalement reçu, il y a quelques jours, un mail… en biélorusse, nous expliquant que Natallia Vasileuskaya serait la plus apte à parler du club. Immédiatement, la native de Zelva, ville située à environ 200 kilomètres de la capitale Minsk, nous a donc contacté pour nous raconter l’histoire de son ancienne équipe, où elle a évolué sept ans dont cinq en équipe première.

Le premier club féminin dans le voblast ou la région de Grodno fut crée en 1967 mais il faut attendre 2001 pour voir naître le club de Gorodnichanka tel qu’on le connaît aujourd’hui. Du temps de l’URSS, l’équipe des “automobilistes” en rapport avec l’usine principale de la ville, décrocha plusieurs médailles lors des diverses compétitions organisées à Gorodl’époque :  médaille de bronze lors des Spartakiades 1984, médailles d’argent lors des cinquième et sixième jeux olympiques de l’URSS, médaille d’or lors des championnats de la jeunesse… Car, en temps de guerre froide et malgré l’intégration de l’URSS aux Jeux Olympiques en 1952, le gouvernement soviétique continuait d’organiser des manifestations sportives nationales ou internationales d’envergure sur son territoire. Entre 1973 et 2004, le club a toujours été classé sur le podium du championnat de la République de Biélorussie. Depuis, Gorodnichanka a remporté la Coupe de Biélorussie en 2007 et 2008 ainsi que le championnat local, également en 2008. Sa suprématie est aujourd’hui contestée, et ce depuis une dizaine d’année, par le BNTU-Belaz Minsk et le HC Gomel. L’entité masculine du club a elle vu le jour en 2006. L’an dernier, l’ancienne formation de Vasileuskaya a perdu la finale de la Coupe de Biélorussie et a terminé troisième du championnat.

Actuellement, Gorodnichanka pointe à la troisième place du général. En plus du championnat biélorusse, le club dispute également une compétition régionale avec le BNTU-Belaz Minsk, le HC Gomel et deux clubs lituaniens : le ACME-Zalgiris et le Garliava SM-CASCADA. La formation entrainée par Sergei Kambur a eu une semaine pour préparer sa double confrontation face au Havre. En effet, son dernier match remonte à samedi dernier, face à Vitebsk, bon dernier du championnat avec zéro point, et facilement remporté (33-21).

Bulava

L’un des dangers de Gorodnichanka : Yuliya Bulava.

Affronter une telle équipe issue d’un championnat aussi peu médiatisé mais pourtant capable de se qualifier haut la main face à Izmir au tour précédent (36-23 / 30-20) est un véritable casse-tête pour Sandor Rac, l’entraîneur havrais. “J’ai essayé par plusieurs moyens d’avoir des informations sur Gorodnichanka mais ça a été très très compliqué, explique-t-il. On n’a aucune vidéo sur laquelle s’appuyer. On a cherché sur YouTube mais nous n’avons trouvé que quelques bouts de matchs donc ça ne sert pas à grand chose. Du coup, on s’est beaucoup basé sur les statistiques qu’on a trouvé. L’idée ce week-end est de se focaliser uniquement sur nous lors du premier match puis de travailler sur la vidéo pour préparer le second match.

La bonne nouvelle pour la formation havraise et que l’une des armes les plus redoutables de l’effectif biélorusse, l’ailière gauche Nataliya Kotsina, auteure de dix-neuf buts lors de la double confrontation face à Izmir, s’est engagée il y a deux semaines avec la formation turque de Muratpasa. Cependant, les coéquipières de Laurisa Landre devront garder un œil vigilent sur l’ailière opposée, Yuliya Bulava, la pivot Iryna Spas ou la demi-centre Iryna Sharapanouskaya. Comme souvent dans le schéma tactique des équipes issues de pays d’Europe Centrale, l’équipe est divisée entre un 7 majeur expérimenté épaulé par de jeunes voire très jeunes joueuses sur le banc. La moyenne d’âge des remplaçantes est ainsi de 18 ans avec deux éléments de seulement 17 ans. Ces dernières sont pour autant régulièrement appelées en équipe nationale juniors. “L’équipe semble s’articuler autour de huit joueuses importantes, dévoile Sandor Rac. D’après les chiffres, les ailières marquent beaucoup. Il est donc très probable qu’elles jouent vite et bien toutes les montées de balle. Aussi, et d’après les très brefs extraits vidéos dont nous disposons, cette formation biélorusse semble défendre en 6-0.

Comme l’UMB-B et comme Issy-Paris la semaine prochaine, Le Havre disputera ses deux rencontres à domicile ce week-end. “C’est une excellente nouvelle, souffle Sandor Rac. Avec un rythme de six matchs par mois en fin d’année, éviter un déplacement de 15 heures aller puis autant au retour dans un froid extrême, c’était très important pour nous.

Le pronostic de cette rencontre revient finalement à Natallia Vasileuskaya qui portera forcément une attention toute particulière à cette double confrontation : “vous savez, le championnat français a un niveau beaucoup plus élevé que le championnat biélorusse, explique-t-elle. Évidemment, je voudrais bien que mon ancienne équipe gagne mais je crois que Le Havre n’aura pas de problèmes pour se qualifier.

Vendredi 6 février à 20h30 (Docks Océane – Le Havre) : Le Havre – Gorodnichanka
Dimanche 8 février à 17h00 (Auguste Delaune – Gonfreville L’Orcher) : Gorodnichanka – Le Havre
Arbitres : Matan Lindenbaum et Dor Laron (Israël)

1 CommentairePoster un commentaire

  1. Sasori - le 6 février 2015 à 14h14

    Les Normandes vont bien depuis janvier après la première partie de la saison catastrophique. C’est un bon début avant de gouter le titre Européen. Le HAC doit gagner cette compétition pour sauver sa saison.

Laisser un commentaire

Champs requis *

Handnews sur Facebook
En direct Voir toutes les brèves