All – J23

Bon résultat pour Kiel, Hanovre s’enfonce

Flensburg n’ayant pas joué en championnat, Kiel et Rhein-Neckar Löwen ont réduit leur retard sur le leader cette semaine. Berlin et Magdebourg gardent le rythme, tandis qu’Hanovre poursuit sa série de défaites.

Le match de la semaine : Kiel – Gummersbach

L’affiche, très prestigieuse entre deux grands clubs historiques allemands, apparaît cependant bien pâle, après les deux gros morceaux offerts lors de la dernière journée (Magdebourg – Kiel et Berlin – Rhein-Neckar). Néanmoins, on était curieux de voir ce que pourrait faire l’équipe de Gummersbach, qui semble mieux récemment sans être forcément récompensée, face à Kiel, qui doit gagner des matchs pour protéger sa place sur le podium. Mais dès le départ, on voit la différence entre les deux équipes, et le suspense ne dure pas longtemps. Simon Ernst marque un joli but en puissance (3-2, 6′), mais la défense trop lâche du VfL sur les arrières du THW lui coûte très cher. Avec son troisième but, Lukas Nilsson conclut une série de 5-0 pour Kiel (8-2, 11′). Le jeu défaillant de Gummersbach contraint Emir Kurtagic à poser son deuxième temps-mort après seulement seize minutes (10-4), Julius Kühn étant sévèrement rappelé aux fondamentaux par son coach.

Gummersbach retrouve ensuite son handball en attaque, mais connaît trop de difficultés en défense. Ainsi, le beau shoot en lucarne de Christoph Schindler (13-8, 26′) est suivi de trois buts des Zèbres, dont un lob de Patrick Wiencek et des buts de Raul Santos, ancien Gummersbacher (16-8, 28′). L’écart reste de huit buts à la pause (19-11, 30′), et reste longtemps le même en deuxième période. Avec un excellent Andreas Wolff dans les buts (21 arrêts, 51%), Gummersbach avait peu de chances de recoller. Après être revenu à six buts (19-13, 33′), le VfL ne passe pas sous cette barre. Lukas Nilsson, meilleur buteur de la rencontre (7 buts), relègue ses adversaires à neuf longueurs (24-15, 40′) et Kiel s’impose confortablement de treize buts, le plus gros écart de la partie (34-21). Kevynn Nyokas, qui a provoqué le premier penalty du match pour Gummersbach, n’a pas marqué. Les Kielers gardent trois points d’avance sur Berlin, avant la pause cette semaine : les Allemands organisent une fête du handball à Hambourg, le Tag des Handballs, avec un match amical de la sélection nationale contre la Suède. Une pause qui fera du bien à Kiel, pour se remettre de la punition infligée par Paris en Ligue des champions (42-24).

Rhein-Neckar met une mi-temps à démarrer

Pour Rhein-Neckar Löwen, la réception de Minden ressemblait à une formalité. On a cru un temps que la chose serait plus compliquée que prévue. Entre les erreurs en attaque et les arrêts de Gerrie Eijlers, les Lions réalisent une première mi-temps très faible offensivement. Minden n’a aucune peine à marquer plus de neuf buts en première période et mène logiquement (9-11). Le réveil de Rhein-Neckar sonne enfin en deuxième mi-temps, après que Minden ait pris trois buts d’avance (9-12, 33′). A peine dix minutes plus tard, les locaux ont pris trois buts d’avance (15-12, 42′). RNL l’emporte finalement 26-20, avec un sans-faute de Gudjon Valur Sigurdsson (11/11, dont 5/5 pen.) et le premier but en Bundesliga de Filip Taleski. Comme Kiel, Rhein-Neckar revient artificiellement sur Flensburg, qui n’a pas joué en Bundesliga cette semaine. Son match contre Stuttgart est reporté au 17 mai.

Berlin et Magdebourg en pleine confiance

Deux des protagonistes des gros matchs de la semaine dernière, Berlin et Magdebourg continuent leur marche en avant et écrasent la concurrence pour les places européennes. Leur écart avec le trio de tête est désormais suffisamment réduit pour qu’on puisse parler d’un top 5 plutôt que d’un top 3. Les deux ont gagné à l’extérieur en milieu de semaine. A Erlangen, Berlin s’est appuyé sur une solide défense, désormais renforcée par Drasko Nenadic. A cheval sur les deux mi-temps, les Berlinois ont largué le promu bavarois (7-6, 21′ ; 8-12, 30′ ; 8-17, 34′). Avec une jolie performance de l’ailier Matthias Zachrisson (8 buts), les Füchse se sont imposés sans grand problème (21-29).

Dans la salle du quatrième de la saison dernière, Melsungen, Magdebourg a cru d’abord ne pas jouer, la faute à une fuite d’eau du toit de la Rothenbach-Halle. La météo se calmant à l’extérieur de la salle, le match a pu se dérouler, et au sec. Comme d’habitude à Melsungen, ça joue dur, mais Magdebourg, bien aidé par un excellent Jannick Green (14 arrêts), prend vite les devants (6-9, 17′). Melsungen égalise (10-10, 27′), mais prend un éclat avant la pause (10-13, 30′) et voit l’écart s’agrandir au retour des vestiaires (13-19, 41′) pour s’incliner logiquement de six buts (21-27). Matthias Musche, meilleur buteur de la partie (7 buts), n’explique pas la très bonne série de huit victoires d’affilée : « Une série de défaites n’est pas facile à expliquer, l’inverse non plus. Quand ça roule bien, il faut juste laisser rouler. » Flensburg est le prochain obstacle pour la machine magdebourgeoise.

Cinq de chute pour Hanovre

En un mois, Hanovre est passé d’un statut de candidat crédible à l’Europe à celui d’une équipe du ventre mou. Les Preux n’ont rien gagné en 2017, et ont concédé leur cinquième défaite de rang à Wetzlar (34-30). Pourtant, c’est bien le TSV qui domine au tableau d’affichage pendant une grande partie de la rencontre (7-10, 16′ ; 17-20, 37′). Mais les partenaires de Morten Olsen (un des meilleurs du TSV avec 6 buts) vont connaître un gros passage à vide, qui va permettre à Jannik Kohlbacher, Kristian Björnsen (meilleurs buteurs de la partie avec 8 réalisations chacun) et leurs partenaires de passer devant (25-22, 45′). Après ce 8-2 en huit minutes, Wetzlar ne flanche pas pour s’assurer le gain de la partie, profitant d’un jour sans pour Martin Ziemer, le gardien d’Hanovre (3 arrêts seulement). Avec cette victoire, Wetzlar creuse l’écart sur son adversaire au classement, avec désormais quatre points d’avance.

Bonne semaine pour Leipzig

Le SC DHfK Leipzig est un arbitre impartial dans la course au maintien. Mercredi, les Verts ont battu Coburg en match en retard (33-28) avec 9 buts de Franz Semper et malgré les 11 réalisations de l’ailier de Coburg, le futur international Florian Billek. Samedi, les Saxons jouaient à nouveau contre un relégable, Bergischer, alors sur une série de trois victoires consécutives. Grâce à une solide défense, le SC DHfK parvient à faire presque tout le match en tête à Solingen. Lucas Krzikalla donne quatre buts d’avance aux siens (20-24, 52′), mais Bergischer se donne les raisons d’y croire dans le money-time. La dernière minute ne se déroule néanmoins pas comme prévu pour les Lions : Moritz Preuss prend un rouge, Christian Steinert transforme le 7 mètres et rapporte la victoire (24-26) à l’équipe du nouveau sélectionneur national Christian Prokop, qui entre en fonction cette semaine. Leipzig s’installe à la sixième place du classement.

Göppingen dispose de Lemgo

Göppingen, en parallèle de sa campagne européenne, doit évacuer tout éventuel souci de maintien. Toujours dans la deuxième partie du classement, Frisch Auf recevait Lemgo, premier non-relégable. Le TBV pose d’abord des problèmes au dernier vainqueur de la Coupe EHF (7-8, 14′), mais compte trois buts de retard à la pause (16-13, 30′). Lemgo finit par craquer définitivement en milieu de deuxième période en encaissant un 8-2 (19-17, 37′ ; 27-19, 46′). Göppingen, porté par Adrian Pfahl et Marcel Schiller (8 buts chacun), s’impose fort logiquement (31-26).

Yves Kunkel sauve un point pour Balingen

Balingen recevait la lanterne rouge Coburg pour un match à fort enjeu pour le maintien. Les Bavarois dominent le match dans la salle du HBW, et semblent être ceux qui ont le plus envie de s’imposer. C’est donc bien Coburg qui mène de quatre buts à l’entame du dernier quart d’heure (15-19, 47′). Mais Balingen parvient à recoller, et offre à ses supporters une fin de match à suspense. Girts Lilienfelds croit offrir la victoire à Coburg dans les dernières secondes, mais Yves Kunkel parvient à arracher un point pour Balingen sur la sirène (24-24). L’ailier gauche est sans conteste l’homme du match, puisqu’il a marqué 15 des 24 buts des locaux (dont 6/7 pen.). « Nous ne méritions pas de prendre un point », avouait Wolfgang Strobel, le manager de Balingen. Coburg reste dernier, et peut regretter cette fin de match défavorable.

Retrouvez le classement ici.

Mickaël Georgeault

Pub Espace Pronos Allemagne

Laisser un commentaire

Champs requis *

Handnews sur Facebook
En direct Voir toutes les brèves