All

Kim Ekdahl du Rietz, la retraite sans regrets

Crédits : Twitter Rhein-Neckar Löwen

Le Suédois de Rhein-Neckar Löwen, 27 ans, jouera son dernier match professionnel ce samedi avec son club. Une décision mûrement réfléchie pour un joueur atypique.

Sa décision a pris tout le monde de court. Au mois de novembre, la rumeur selon laquelle Kim Ekdahl du Rietz comptait arrêter sa carrière a enflé, et s’est officialisée début janvier. En pleine possession de ses moyens, avec encore un an de contrat avec Rhein-Neckar Löwen, le Suédois a décidé d’arrêter sa carrière de handballeur professionnel.

« Le handball ne me rend plus heureux »

La direction du club s’est opposé dans un premier temps à ce choix, avant de se rendre à l’évidence : Kim Ekdahl du Rietz est déterminé à arrêter le handball. Le club l’a libéré de sa dernière année de contrat, a engagé Momir Rnic (Melsungen) pour un an avant de pouvoir compter sur Steffen Fäth (Berlin) pour les saisons suivantes, en duo avec Filip Taleski. « Kim nous a informé assez tôt de ses plans d’avenir. Nous respectons son souhait de débuter une nouvelle étape de sa vie sans sport de haut niveau », déclarait la directrice sportif Jennifer Kettemann au moment d’officialiser la nouvelle.

Ekdahl du Rietz, qui avait déjà surpris en prenant sa retraite internationale en 2014, livre pourtant l’un des meilleurs exercices de sa carrière et a pleinement contribué au nouveau titre des Löwen. Il figure dans le top 10 des meilleurs buteurs dans le jeu de Bundesliga, s’est montré présent dans les matchs importants (encore cinq buts face à Kiel pour le match qui assure le titre), toujours dans son style de force tranquille au poste d’arrière gauche. Mais l’ancien Nantais a besoin d’autre chose. « Le handball ne me rend plus heureux, avait-il déclaré au Mannheimer Morgen en février dernier. Je suis content, mais ça ne me suffit pas. C’est la raison pour laquelle je raccroche. »

De nouveau en liberté !

En fait, Kim Ekdahl du Rietz ne veut simplement plus subir les contraintes du sport professionnel. « Je ressens un grand besoin d’indépendance, c’est un désir très ancré en moi », déclarait-il dans la même interview. Les entraînements à des horaires précis, les déplacements imposés ne lui conviennent plus. « Ça m’a énervé de plus en plus qu’on m’impose quand et où je dois être pour devoir jouer au handball. » Les critiques sur sa décision ne l’ont pas touché plus que ça, appelant simplement à ne pas chercher quelque chose de rationnel, « le plus important étant ce que je ressens. »

« Je sais que je peux très bien jouer au handball. Mais mon talent ne m’engage pas à continuer d’exercer ce sport. À mes yeux, cela n’a pas de sens », ajoutait-il. Plus récemment à l’agence DPA, il étayait un peu plus sa décision : « Je sais que mon travail m’offre beaucoup de privilèges. Mais on doit aimer son travail, et ce n’est plus le cas pour moi. Pour moi, handballeur n’est plus le métier de mes rêves. Je veux pouvoir faire ce qui me plaît. C’est pourquoi je recherche actuellement quelque chose qui m’épanouirait. » Un choix de rompre avec le handball professionnel qui rappelle la décision prise par son partenaire de club à Nantes, Mathieu De la Bretèche, il y a deux ans. Un tour du monde avait également été envisagé par le Suédois, par ailleurs engagé auprès de l’Unicef. Mais on ne sait pas de quoi sera fait son avenir proche, qui pourrait également être en lien avec ses études passées en psychologie.

Des adieux qui s’annoncent émouvants

La décision d’arrêter sa carrière a en tout cas enlevé un poids à Ekdahl du Rietz également sur le terrain, puisqu’il explique ses dernières bonnes performances par le fait que « cette décision m’a redonné un coup de fouet, une sorte de sentiment « plus rien à foutre » ». Il ne fait néanmoins pas de doute que son dernier match, ce samedi, à domicile contre Melsungen, sera très fort en émotions. Des larmes avaient déjà coulé sur ses joues à la fin de la rencontre contre Kiel, il y a deux semaines. « Pouvoir terminer ma carrière sur un tel succès est unique, juste parfait », a-t-il déclaré, assurant que ce dernier match sera un moment forcément particulier pour lui. Le dernier avant son indépendance, et de sa vie de star du handball.

Mickaël Georgeault

Pub Espace Pronos Allemagne

4 CommentairesPoster un commentaire

  1. samy - le 10 juin 2017 à 10h06

    Quel sera le prochain joueur Nantais ou ex-Nantais à prendre sa retraite anticipée ? Nyokas, pour rejoindre son frère ?

  2. Sasori9 - le 10 juin 2017 à 12h28

    Le monde business l'a écoeuré. Il a fait son choix, et on doit le respecter.

    • jo - le 10 juin 2017 à 12h54

      Tu le connais ?
      J’ai plutôt l’impression que ce sont les exigences du sport de haut niveau : « Ça m’a énervé de plus en plus qu’on m’impose quand et où je dois être pour devoir jouer au handball » plutôt que le « monde business » qui l’ont « écoeuré » !

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

Handnews sur Facebook
En direct Voir toutes les brèves