LdC (1/4)

Kiel ne verra pas Cologne

Les 3 et 4 juin prochains auront un petit goût d’inédit puisque ce sera la première fois depuis 2010 et la création du Final Four qu’aucun club allemand ne sera présent. La faute à une équipe barcelonaise qui a réussi à remonter son déficit de deux buts du match aller en s’imposant 23-18 contre Kiel devant les 7093 spectateurs du Palau Blaugrana. Pour Kiel et son entraîneur Gislason, il s’agit d’une véritable contre performance puisque les Zèbres avaient participé à six des septs éditions du Final Four.

Victorieux de Barcelone 28-26 lors du match aller, les coéquipiers de Marko Vujin devaient donc perdre de moins de 2 buts ou perdre de 2 buts et inscrire plus de 26 buts pour se qualifier. Privé de Domagoj Duvnjak, Kiel s’en remet donc au jeune Nikola Bilyk (20 ans) pour animer l’attaque et cela fonctionne plutôt bien lors des 10 premières minutes (4-4 à la 9ème). Mais les hommes d’Alfred Gislason vont être victimes d’un gros temps faible pendant sept minutes où ils ne vont inscrire qu’un petit but permettant ainsi aux barcelonais de prendre le large (7-5 à la 15ème) et de remettre l’église au milieu du village par la même occasion. Les deux équipes vont ensuite se rendre coup pour coup jusqu’à la 25ème minute, moment choisi par les Espagnols pour appuyer sur l’accélérateur et passer un 4-2 à des Kielers en manque de repères en attaque sans leur maître à jouer (13-9, mi temps).

Déjà auteur de 10 arrêts en première mi temps, le diabolique Gonzalo Perez de Vargas va éteindre à lui tout seul les espoirs allemands en seconde période en réalisant 11 arrêts supplémentaires, permettant ainsi à Valero Rivera et Victor Tomas de maintenir la tête de Marko Vujin et ses coéquipiers sous l’eau. Avec cinq buts d’avance à l’entrée du money time (21-16 à la 52ème), les barcelonais se sont néanmoins fait une petite frayeur en ne trouvant pas de solution pendant cinq minutes, permettant aux supporters allemands d’entretenir l’espoir (21-18 à la 57ème). Mais un but de l’éternel Jesper Noddesbo, un arrêt de Gonzalo Perez de Vargas face à Ilija Brozovic et un dernier but de Valero Rivera plus tard, c’est bien Barcelone qui tenait son ticket pour Cologne.

Alfred Gislason, entraîneur de Kiel:
« Nous avons fait trop d’erreurs et raté trop d’occasions, nous étions trop nerveux et Perez de Vargas a fait une grosse performance. Nous avons livré un gros combat, mais le nombre d’erreur était simplement trop élevé. »

Barcelone 23 – 18 Kiel

Barcelone

Gardiens: Perez de Vargas (21 arrêts/37 tirs, 57%), Borko Ristovski (0/1)
Joueurs: Rivera (7/9), Tomas (4/6), Lazarov (3/6), Syprzak (2/2), Noddesbo (2/2), Sorhaindo (1/1), Entrerrios (1/3), Arino (1/1), N’Guessan (1/3), Mem (1/4), Jallouz (0/2)

Kiel

Gardiens: Landin (9/28, 32%), Wolff (0/1)
Joueurs: Ekberg (4/5), Vujin (4/11), Bilyk (2/3), Brozovic (2/3), Nilsson (2/6), Santos (1/3), Wiencek (1/3), Weinhold (1/4), Lackovic (1/4), Dahmke (0/1)

Pub Espace Pronos EHFCL

13 CommentairesPoster un commentaire

  1. dragonfly - le 29 avril 2017 à 22h32

    Victoire logique mais heureusement que phénoménal de Vargas fait 23 arrêts parce que sinon Barcelone passait une nouvelle fois à la trappe face à Kiel…Tout bon pour N’Guessan et Mem pour leur 1ère saison à Barcelone.

    0 pointé pour les allemands pour le final4, début d’une nouvelle ère ? Est il possible que les supporters allemands « revendent » des places pour Cologne ?
    En espérant que Montpellier se qualifie aussi pour le final4 et ne tombe pas sur Paris en demi. Espérons aussi que St Raph gâche la fête allemande en l’EHF..

    Bref, la France devrait possiblement récupérer le plus de points au classement EHF

  2. H - le 29 avril 2017 à 22h41

    Barcelone non plus ne verra pas Colonge..

    • G - le 29 avril 2017 à 22h43

      Bien vu !

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

Handnews sur Facebook
En direct Voir toutes les brèves