Euro 2018 – Qualif

Trois surprises pour commencer

Crédit photo : EHF

Crédit photo : EHF

Outre l’équipe de France et la Lituanie, 27 nations ont débuté le parcours vers l’Euro 2018 qui aura lieu en Croatie. Si les résultats ont parfois été attendus, à l’image de l’équipe de France, il y a eu trois surprises notables du côté de la Pologne, la Russie et la Finlande.

Groupe 1

HANSEN Mikkel-Danemark-220716-9611Le travail a été net et sans bavure dans le groupe A. La Hongrie est peut-être en reconstruction, elle n’en reste pas moins une terre de handball. Face à la Lettonie privée de Dainis Kristopans, en pause avec la sélection, l’affaire a été vite entendue (7-3, 15e). La Lettonie parviens à peine à briller via le jeune Toms Lielais (20 ans – 4 buts), mais fait surtout resplendir Roland Mikler en face. Pour une défaite sans appel, et un premier pas rassurant pour les hongrois (24-16). De même, le Danemark n’a pas manqué les retrouvailles avec son public, en mettant à distance le Pays-Bas (29-20), malgré un virevoltant Luc Steins (7 buts), bien faible face au maître des lieux Mikkel Hansen (8 buts).

Groupe 2

Choc en Pologne. Alors que la Serbie faisait plutôt rire par ses intrigues autour des retours avortées en sélection, voilà qu’ils arrivent tout de même à frapper la Pologne chez elle (32-37). Toujours privée de Jurecki, les polonais ont subbi la loi de Petar Nenadic (10 buts), Darko Djukic (7) et Ratsko Stojkovic (7). Talant Dujshebaev aura tout tenté pour sa première, mais l’eau a pris de toute part. Tout le contraire de Xavi Pascual qui réalise un premier coup avec la Roumanie en Biélorussie (23-26), et doit se réjouir de la situation qui place la Roumanie vers l’objectif européen.

Groupe 3

Rivera-EspagneSi le nouveau Espagne a fait preuve d’autorité face à la Bosnie (29-20), elle peut en féliciter ses ailiers Valero Rivera (7 buts – photo) et Victor Tomas (5). La Bosnie s’est faîtes maltraiter de part en part de la rencontre, malgré la résistance de Marko Panic (6). De l’autorité, il en a en singulièrement manqué à l’Autriche cueillit chez elle par… La Finlande (27-31). Une surprise en partie permise grâce à son serial buteur Teemu Tamminen (10 buts). Une première dans un second tour de qualification européen pour la Finlande, et un exploit contre une nation majeure qui n’était jamais vu depuis 2007… Face à l’Autriche déjà. On ne se refait pas.

Groupe 4

L’Islande a senti le vent du boulet souffler proche face à la République Tchèque (25-24). Tout avait très mal commencer (4-7) avant que la situation ne se rééquilibre pour finalement aller sur un suspens haletant terminé par l’homme de glace Aaron Palmarsson. Moins de problème pour la Macédoine face à l’Ukraine (27-21), torturée par Kiril Lazarov (12 buts).

Groupe 5

Crédit photo : IHF

Crédit photo : IHF

Peut-être le groupe le plus fort sur le papier, ce qui explique l’attraction pour la rencontre entre les champions en titre et le challenger Portugais. Le face-à-face a toutefois tourné court (35-24) et ceux malgré les absences de Wiede, Dahmke, Kühn, Dissinger et Strobel. Tout ça car la résolution de l’équation Wolff plus Heinevetter n’a jamais été trouvée tandis que Musche s’éclatait (6 buts) avec Ernst, Gensheimer et Häfner (5 buts). Rien à voir avec le combat entre Slovénie et Suisse, qui a vu les hôtes passer un sale quart d’heure (12-15, MT) avant de retourner la rencontre (32-27).

Groupe 6

La Suède peine en compétition officielle, mais retombe toujours sur ses pattes en qualifications. La victime monténégrine a payé cher le voyage (36-21). Le score parle de lui-même : les Suédois ont tourné le match en démonstration de force, mettant sa nouvelle équipe en valeur devant son public. Un public qu’on espère clément en Russie, alors que les russes n’ont pas su se défaire de la modeste Slovaquie (31-31). L’artilleur de Presov, Oliver Rabek (9 buts), a fait du dégât  – dont le but égalisateur – mais pas autant que son ex-compère de club Radoslav Antl (10 buts). La Russie peut se vouloir du rouge direct pris par Shelmenko dans les dernières secondes entraînant le jet de sept mètres égalisateur.

Groupe 7

bingo-arnaud-edf-equipe-de-france-031116-5897La planète handball tourne toujours autour de l’équipe de France. Avec une faible opposition, les français signent le plus large écart de ce premier round face à la Lituanie (37-20). La prochaine étape sera en Belgique, avec pour objectif d’être aussi clair envers leurs voisins, défaits par la Norvège malgré une belle résistance (35-26). Tâches aux rouges de Damian Kedziora (6 buts), Simon ooms (4) et Tom Robyns (5) d’être aussi courageux et d’aller embêter au maximum les vice-champions olympiques.

Maxime Thomas

4 CommentairesPoster un commentaire

  1. GoldenCaribou - le 4 novembre 2016 à 03h57

    Grosse performance de la Serbie. Ca joue super bien avec le pivot Stojkovic, de plus j'ai été vraiment impressionné par leur fluidité sur des montées de balle rapides. Petar Nenadic égal à lui-même, ce mec est monstrueux. C'est malheureusement le seul match que j'aurai pu voir en streaming !

    HS : désolé les amis d'Handnews, ca peut paraître bête, mais le fait de lire que l'Ukraine se soit faite torturer par Lazarov… le mot "torturer" est assez dérangeant 😡 peut-être que "malmenée" aurait une connotation plus sportive…

  2. jpf_hb - le 4 novembre 2016 à 09h06

    Hansen au top ! s'il revient comme ça à Paris, ça sera cool pour les prochains matchs de LdC

  3. HandForLife - le 4 novembre 2016 à 22h45

    Allez du côté de Massy pour voir la pépite hollandaise Luc Steins !
    1m73 et DC, très rare à ce niveau. Sept buts face au Danemark.

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

Handnews sur Facebook
En direct Voir toutes les brèves