CdL (1/4)

Sélestat, Istres, et pourquoi pas ?

Ce mercredi commencent les quarts de finale de la coupe de la ligue, qui se termineront en point d’orgue avec le duel entre Paris et Nantes. Mais avant cela, deux clubs de Proligue tenteront leur chance pour inverser les pronostics.

Compliqué pour Sélestat de se poser en favori du côté de Dunkerque, malgré un bon début de saison. Cet été, pas loin de la moitié de l’effectif a été changé, conséquence de la descente en Proligue et de l’arrivée de Christophe Viennet sur le banc de touche. L’ancien entraineur de Besançon a opté pour un mélange entre joueurs revanchards et jeunes prometteurs, avec comme objectif premier la reconstruction, et pas forcément une remontée immédiate dans l’élite. Et, pour l’instant, cela fonctionne bien, avec une cinquième place à la clé, à trois points du leader Istres. “On est dans nos temps de marche prévus, même si j’aurais bien aimé avoir un ou deux points de plus. Que nous soyons cohérents aussi vite dans la saison ne me surprend pas, on a dans l’effectif des joueurs de haut niveau, même s’ils n’avaient jamais joué ensemble auparavant” note le nouveau coach sélestadien. Parmi ces joueurs revanchards, on retrouve notamment l’ailier belge Thomas Cauwenberghs, passé par Ivry avant de retrouver l’Alsace (il a joué une saison à Mulhouse) en juillet dernier. Deuxième meilleur buteur de son équipe avec 66 réalisations, il revit après une saison galère à Ivry. “Ca confirme que j’avais encore des cannes ! J’ai retrouvé la confiance et je joue plus relâché. La preuve, je mets même des chabalas sur pénalty !” rigole la recrue estivale.

Dunkerque décimé par les blessures

Crédit photo: Emmanuel Durieux

Et pourquoi ne pas réaliser un exploit dans le Nord ? D’autant plus que Patrick Cazal, après avoir vu tomber Dylan Garain (genou), Wilson Davyes (main) et Jeffrey M’Tima (ischios), doit se résoudre à se passer de Mickaël Grocaut, son chef de la défense, touché à l’épaule à Saran mercredi dernier. Avec son effectif réduit, le coach dunkerquois espère quand même finir l’année sur une série de victoires. “On aurait tort de penser que les trois matchs qu’il nous reste avant la trêve seront faciles. Il va falloir que chacun donne plus que d’habitude individuellement, car les trois rencontres qui arrivent ont une importance capitale pour nous offrir une deuxième partie de saison chargée mais avec des objectifs intéressants” note Cazal. A Sélestat, compliqué de savoir quelle est la priorité. Billère en championnat, juste avant la trêve, histoire de finir 2017 sur une bonne note ? Ou ce match à Dunkerque, qui pourrait offrir un beau moment d’exposition au club en cas de qualification pour le Final4 ? “Il ne faut pas se voiler la face, cette compétition est plus un objectif pour eux que pour nous” nous dit Cauwenberghs, laissant à son coach le soin de conclure : “On va essayer de brouiller les pistes, de retourner le rapport de force en notre faveur. Il n’est pas question pour nous de faire l’impasse, même si on sait que le chemin sera étroit. Quand on voit nos résultats à l’extérieur depuis le début de la saison, on peut penser que nous allons avoir notre mot à dire”.

Istres, après 2009, 2017 ?

Pour Istres, l’occasion est belle de répéter l’histoire. En 2009, la LNH avait décidé de délocaliser les finalités de la coupe de la ligue à Miami, et Istres en avait profité pour soulever le trophée. Les joueurs sont partis, mais pour le club, se retrouver à Metz en mars aurait une “portée historique” selon Robin Capelle, le gardien de but istréen. “L’occasion est belle pour le club, mais aussi pour les joueurs. Ce parcours, c’est la cerise sur le gâteau. On est conscient que la priorité va au championnat, mais quand on est à 60 minutes d’un tel événement, on veut évidemment tout jouer à fond”. Et pour les hommes de Gilles Derot, la règle du jamais deux sans trois sera-t-elle respectée ? Après Nîmes et Chambéry, les Istréens vont devoir écarter le voisin Aix pour rejoindre le carré final et être invité avec le gratin de la Starligue. “Ca fait rêver, même si j’ai déjà joué Paris, Nantes ou Montpellier avant. Mais ce serait une super expérience que de vivre ça avec notre jeune équipe” continue Cappelle, qui n’oublie pas qu’en plus d’un billet pour le Final4, ce sera un peu la suprémacie régionale qui se jouera le temps d’un soir. “Sur le terrain, cela ne va pas changer grand-chose mais dans les tribunes, cela va compter. La salle sera comble et cela rappellera à certains le temps pas si lointain où Istres était au plus haut niveau !”

Paris – Nantes, énième remake

Pour Toulouse, il est temps que 2017 se finisse. Cela fait maintenant plus d’un mois que les hommes de Philippe Gardent n’ont plus connu le goût de la victoire. Et la fin de l’année, entre Montpellier, Créteil et Nantes, ne laisse que peu de place aux approximations, d’autant plus que la fatigue s’accumule. Il fût un temps pas si lointain, le Fenix avait pris ses habitudes au Final4 de la coupe de la ligue, y pointant la tête deux saisons consécutives. Pour y retourner et donc écarter Montpellier, il va falloir montrer autre chose qu’à Bougnol il y a quelques semaines (25-36). Pour finir tout cela, le quart de finale au sommet sera le remake de la dernière finale, entre Nantes et Paris. Les deux équipes ne se quittent plus, quelle que soit la compétition. La dernière fois qu’elles se sont croisées, c’était il y a tout juste une semaine, et les deux équipes s’étaient quittées sur un score de parité (27-27). Cette fois, il faudra vraiment un vainqueur. Et si Paris évolue à domicile, la présence des frères Karabatic pourrait encore manquer. La semaine dernière, Noka Serdarusic avait su trouver la parade tactique. On a hâte de voir la prochaine partie de poker entre les deux coachs !

Le programme de ces quarts de finale :

Mercredi 13.12
Dunkerque – Sélestat à 20h00
Toulouse – Montpellier à 20h00

Jeudi 14.12
Istres – Aix à 20h00
Paris – Nantes à 20h45 (en direct sur beIN Sports 1)

Kevin Domas

HandNews & CasalHand

5 CommentairesPoster un commentaire

  1. Thomate - le 12 décembre 2017 à 13h54

    Que de bonnes affiches avec potentiellement une “surprise” dans le derby vu les états de formes respectifs des 2 équipes ! Dommage que Théo Derot ne joue pas..
    On va aussi voir quel est l’état de forme de Nantes après 1 semaine de “repos” et les réglages peaufinés par Anti…D’autant plus que Nantes aura une nouvelle fois une belle carte à jouer s’ils éliminent Paris

  2. Pseudo - le 12 décembre 2017 à 18h19

    J’espère aussi la victoire de Nantes même si Paris aura cette fois Nikola Karabatic. Sinon Montpellier, Dunkerque et Aix semblent légitimement favoris, j’ai du mal à croire à une surprise

    • marco - le 12 décembre 2017 à 18h41

      heu non, je crois que Karabatic a encore ce match de suspension sur les 4 infligés… Aix, Tremblay, Nantes et … Nantes. Il fera son retour la semaine prochaine en coupe de France à Nancy puis en championnat contre Montpel le 21

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).