EdF (F)

La Golden League, le regard tourné vers la suite

L’équipe de France féminine va disputer la dernière manche de la Golden League en cette fin de semaine. L’occasion de retrouver son public après le sacre européen mais, surtout, de commencer à préparer la suite.

On avait laissé Olivier Krumbholz, le sélectionneur de l’équipe de France, au soir du sacre européen dans les travées de l’AccorHotels Arena en décembre dernier. Tout sourire, la qualification olympique en poche, il suggérait que les prochains dix-huit mois allaient être aménagés pour les joueuses les plus sollicitées afin que celles-ci arrivent le plus frais possible à Tokyo. Quitte à faire l’impasse sur le championnat du monde au Japon, dont les Françaises sont tenantes du titre, en décembre prochain. Il semblerait que le programme ait été légèrement modifié. Tout le groupe couronné en décembre était bien présent à la Maison du Handball en ce début de semaine et seules Amandine Leynaud (repos) et Grâce Zaadi (cheville) manqueront à l’appel ce soir à l’heure d’entrer sur le terrain de la Maison des Sports de Clermont-Ferrand pour affronter la Roumanie. Et toutes sont partantes pour s’envoler pour Kumamoto à la fin novembre. “On leur a posé la question au cours d’une longue réunion. Avec des calendriers toujours plus chargés, il est important de mettre les joueuses au centre de notre réflexion. Nous les avons alerté sur les risques, mais elles restent décisionnaires” explique le sélectionneur. La réponse ne s’est pas fait attendre. “Quand on sait combien on a travaillé pour arriver en haut de l’échelle, on veut tout donner pour y rester. Un championnat du monde où tu es tenante du titre, tu as forcément envie d’y aller” continue Allison Pineau. Les aménagements avant les Jeux de Tokyo seront donc légers, mais pas anodins. Pas de semaine de travail à Capbreton fin juin pour les Camille Ayglon, Amadine Leynaud et compagnie, qui laisseront la place aux plus jeunes. Pas, non plus, de tournoi à Paris pré-Mondial comme la tradition le voulait et comme Olivier Krumbholz l’a confirmé hier. Pour le reste, tout le monde sera bien là pour bosser, que ce soit cette semaine ou en septembre, lors des premiers matchs de qualification pour l’EURO 2020.

Car les fenêtres de tir et de travail sont désormais réduites pour les Bleues. En commun, elles n’auront que quinze jours avant la ligne droite finale et l’envol vers Kumamoto. C’est peu, très peu. Cette semaine, au travers de leurs pérégrinations dans le centre et la Dordogne, pas question de profiter pour faire un tour d’honneur avec le trophée. Frustrant ? “Non, pas vraiment, on sait qu’on vient ici pour travailler. C’est encore plus excitant de se dire qu’on va tout donner pour garder nos titres. On a eu quelques jours pour savourer notre médaille d’or, mais désormais, il faut remettre le bleu de chauffe” résume Estelle Nze Minko. Les pistes de travail de cette semaine ? “Continuer à faire évoluer notre jeu d’attaque, tout en gardant notre assise défensive. On va essayer de trouver des solutions pérennes sur la 1-5” avance Krumbholz, qui a rappelé Blandine Dancette sur l’aile droite et qui aurait bien aimé pouvoir jauger Cléopatre Darleux dans les cages. Mais la Brestoise a du retourner dans son club, légèrement touchée à la tête. Allison Pineau est, en revanche, là et bien là, malgré des moments compliqués en club ces derniers temps. “Comme elle y joue peu, on a l’intention de la faire beaucoup jouer. Loin de nous l’idée de la pénaliser de par sa situation en club, on a envie de la relancer” continue Krumbholz. Qui va en profiter pour jauger les jeunes Kouyaté, Nocandy et Frank dans des conditions de match tout au long du weekend. Le menu est donc conséquent, et trois matchs en quatre jours ne seront donc pas de trop pour avancer. Surtout que Tokyo, c’est déjà demain, n’est-ce pas Estelle Nze Minko ? “C’est naturel de déjà y penser, c’est notre lot de sportive professionnelle. C’est loin, mais ça va arriver très vite. Alors autant commencer à s’y préparer dès maintenant.”

Le programme de la Golden League :

Jeudi 21.03 (Clermont-Ferrand)
Norvège – Danemark à 18h00 (en direct sur beIN Sports 3)
France – Roumanie à 20h30 (en direct sur beIN Sports 3)

Samedi 23.03 (à Boulazac)
Norvège – Roumanie à 16h30 (en direct sur beIN Sports 1)
France – Danemark à 19h30 (en direct sur beIN Sports 1)

Dimanche 24.03 (à Boulazac)
Danemark – Roumanie à 15h00 (en direct sur beIN Sports 1)
France – Norvège à 18h15 (en direct sur beIN Sports 1)

Kevin Domas

HandNews nouvelle application

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).