Starligue – J15

Entre le PSG et Sélestat, un monde d’écart


Le PSG n’a fait qu’une bouchée de Sélestat (19-32) mercredi soir dans le match des extrêmes entre le leader et la lanterne rouge. Les alsaciens n’ont rien pu faire face à la machine parisienne.

Le SAHB ne se faisait guère d’illusion avant la rencontre. Avec 25 points d’écart par rapport au leader parisien, battu à une seule reprise en championnat, la mission était quasi impossible. L’idée était avant tout de résister le plus longtemps possible pour offrir une belle fête aux supporters. Mais face à ce Paris-là, sérieux et ultra dominateur, la fête peut rapidement être gâchée. Les coéquipiers de Savic, bien seul en attaque (6/16), en ont fait l’expérience très tôt dans la rencontre. Hormis des premières minutes équilibrées (2-2, 4′), ils ont rapidement décroché au score. Avec un 4-0 signé Gensheimer par deux fois, Hansen et Nielsen, le PSG ne laisse aucun espoir aux alsaciens (2-6, 10′). Le SAHB est pris à la gorge en défense, incapable de contrer les parisiens. Même l’exclusion temporaire de Rémili ne permet pas aux locaux de stopper l’hémorragie.

Le portier sélestadien Ravensbergen passe une bien mauvaise soirée, ne parvenant pas à s’interposer pour détourner les tirs adverses. Comme l’attaque parisienne fait feu aux quatre coins du terrain, l’écart grimpe de manière conséquente (7-14, 21′). Le PSG soigne ses stats et rentre aux vestiaires avec 11 buts d’avance (8-19). Uwe Gensheimer en profite pour marquer son 100ème but dans le championnat de France, alors que tous ses coéquipiers sont à la fête en attaque. Les douze joueurs de champ inscrivent en effet au moins un but. Malgré quelques arrêts de Sargenton, le SAHB ne peut que constater les dégâts avec 17 buts de retard à 20 minutes de la fin (10-27, 39′). Les alsaciens livrent un dernier baroud d’honneur en resserrant leur défense, avec un seul but parisien marqué en dix minutes. Les parisiens s’imposent au final de 13 buts (19-32) et peuvent se tourner sereinement vers leur déplacement à Flensburg samedi après-midi en Ligue des Champions.

Les statistiques :

Sélestat : Ravensbergen (0 arrêt / 8 tirs), Sargenton (6 arrêts / 25 tirs) ; Valentin (3/4), Jung, Nyembo, Beauregard (1/3), Djeric, Schneider (4/6), Gutfreund (0/2), Eudaric, Guillermin (2/3), Lenne (0/2), Savic (6/16), Rahim (1/4), Seri, T. Guadin (2/3)

PSG : Skof (6 arrêts / 14 tirs), Omeyer (7 arrêts / 18 tirs) ; Gensheimer (5/7), Mollgaard (1/1), Accambray (3/4), Stepancic (4/5), Kounkoud (2/3), Barachet (1/3), Remili (3/5), Abalo (3/3), Hansen (2/2), Narcisse (1/4), Nielsen (3/4), N. Karabatic (4/4).

Olivier Poignard

19 CommentairesPoster un commentaire

  1. roukoulette - le 16 février 2017 à 09h26

    ça doit bien être la 1ère fois que tous les parisiens marquent sous l’ère Noka !

  2. jpf_hb - le 16 février 2017 à 09h37

    Match complet des parisiens (qui en effet ont tous marqué, même si Barachet a eu du mal…)
    C'était même plus un monde d'écart hier entre le PSG et Sélestat, mais 2 ou 3… Ca faisait peine à voir côté Sélestat. Et dire qu'il y a 2/3 ans ils faisaient match nul contre le PSG.

    Les seuls joueurs du SAHB qui ont pu s'exprimer sont Schneider (normalement en N2) et Thibaut Valentin (une roucoulette inversé sur 7m exceptionnelle oO Dire que personne ne croyait en lui il y a 2 ans…)
    Yannis Lenne bien pris par Uwe n'a pas pu s'exprimer. Et pourquoi Rudy Seri n'a joué que 5 minutes ??! (A-t-il annoncé au club sa volonté de partir – il aurait bien raison).

    Bref, vivement l'année prochaine à Sélestat !

  3. saidahand - le 16 février 2017 à 10h08

    Et encore certains ont pu s'exprimer parce que les parisiens défendaient en marchant sur la fin … Et c'est limite si ils attaquaient aussi en marchant
    Paris était tranquil pendant 60min, même avec 7 joueurs de champs en attaque pour Sélestat (une blague d'ailleurs …). Les parisiens ont arrêté de tiré dans un but vide au bout d'un moment, ils devaient avoir pitié.
    Bref ca fait de la peine à voir, Gaudin a détruit l'équipe, tout le monde part du coup. Ca va être dur de reconstruire une équipe, vivement l'année prochaine ! Mais si c'est le coach de Besançon qui vient je suis pas sur que ce soit mieux que Gaudin …

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

Handnews sur Facebook
En direct Voir toutes les brèves