Euro 2018 – Tour principal

Les Suédoises, enfin !

Crédit: Bertrand Delhomme

Après avoir une journée de plus pour préparer cette rencontre face à la Suède, les Françaises vont retrouver le Hall XXL de Nantes (15 heures) pour continuer leur route vers Paris et les demi-finales. La Suède pas sous son meilleur visage, qui n’en reste pas moins une équipe dangereuse. 

Cette fois, ce France – Suède va bien se jouer. Le seul blocage opéré par des gilets jaune qui pourrait éventuellement entraver la route des Françaises vers les demi-finales serait celui mis en place par Isabelle Gullden et ses coéquipières. Pas question d’y céder pour les Bleues qui attendent avec impatience ce rendez-vous au Hall XXL qui s’annonce en fusion pour ce deuxième match du tour principal. La victoire des Françaises, combinée à deux défaites des Serbes (aujourd’hui contre la Russie et demain contre le Monténégro) pourrait qualifier les Bleues dès lundi soir et offrir un dernier match avec la certitude de rallier Paris pour les phases finales. La victoire est toujours impérative pour que les Françaises gardent leur destin en mains. En revanche, la Suède va jouer le couteau sous la gorge. Sa dernière défaite face au Monténégro contraint les protégées de Henrik Signell à impérativement gagner ce match pour garder une chance de survivre dans cette compétition. “Il faut faire attention à la bête qui est blessée” se méfie Camille Ayglon-Saurina qui connaît très bien le jeu des Suédoises.

Une bête blessée loin d’être morte

Il est vrai qu’on a déjà vu les Suédoises en meilleure forme, notamment l’an passée lorsqu’elles croisaient le chemin des Françaises en demi-finale. Coriaces, on avait dû attendre un dernier but de Blandine Dancette dans les tous derniers instants pour libérer tout le banc et offrir une finale aux Bleues (22-24). Les Suédoises avaient cependant montré un visage bien plus convaincant sur les matchs qui précédaient leur rencontre avec les Françaises. Olivier Krumbholz se méfie aussi. C’est une équipe qui écarte beaucoup le jeu, elles ont un maître à jouer qui fait de très bonnes passes, elles courent beaucoup et ont des arrières talentueuses”Jamina Roberts à gauche dont Allison Pineau nous disait qu’elle “prenait un malin plaisir à faire des bons matchs contre nous”  et à droite Hanna Blomstrand. Mais lorsque l’on connaît la relation qu’entretient Isabelle Gullden avec sa pivot, Anna Laguerquist, on sait aussi qu’il va falloir être vigilant sur les ballons mis à l’intérieur, souvent convertis en but ou en jet de sept mètres. Quand on prend une option de sortie sur une joueuse comme Bella il faut que les copines soient prêtes derrière sur le pivot. Elle est capable de vite identifier un défenseur qui défend sur elle et faire la passe en conséquence, il faut vraiment être articulées” explique Camille. Même légèrement blessée, la demi-centre de la Suède peut faire mal et trouver des solutions pour ses coéquipières. Sans oublier leur jeu sur grand espace qui pourrait faire très mal. “Ce jour de repos va leur faire du bien. Elles vont arriver en meilleure forme. Elles ne feront pas le même match, quand une équipe n’a plus rien à perdre, c’est le moment où elle est le plus dangereuse”explique Béatrice Edwige.

Pas de quoi négliger donc ou prendre de haut cette équipe de Suède, surtout qu’en face certaines connaissent très bien les Françaises. On vous parlait de l’amitié toute particulière entre Camille Ayglon-Saurina et Isabelle Gullden, qui désormais joue à Brest. Mais il y a aussi un duel tireuse / gardienne dans lequel il ne va pas falloir se tromper. Filippa Idéhn, brestoise aussi qui joue actuellement sa deuxième saison en Bretagne, connaît les impacts préférentiels de ses coéquipières de club. “C’est un peu le jeu du chat et de la souris. « Je sais où tu tires et je sais que tu sais », faut forcément s’attendre à ce qu’elle m’attende sur mes impacts préférentiels et que je ne les choisis pas forcément, ou pas! (rires). C’est un jeu de poker menteur entre nous, ça va être sympa” rigole Allison Pineau. La voie est donc ouverte aux Bleues qui sont en très bonne forme, elles l’ont montré sur leurs trois derniers matchs, un barrage de femmes en jaune à passer pour que l’AccorHotels Arena se rapproche un peu plus.

De Nantes, Maxime Cohen.

Suède – France (15 heures) beIn Sports 3 et TMC. 

HandNews nouvelle application

9 CommentairesPoster un commentaire

  1. Pirate du PCHB - le 9 décembre 2018 à 11h41

    Si la France bat la Suède et que la Russie en fasse autant avec la Serbie, le Monténégro sera éliminé (défaite face à la France et face à la Russie).
    Dans ces conditions, croyez-vous vraiment que le Monténégro aurait encore assez de gnaque pour vaincre la Serbie (qui aurait encore une chance en battant la France lors du dernier match)?
    Ne rêvons pas et espérons que la France soit prête à battre la Serbie mercredi!

    • breza9 - le 9 décembre 2018 à 12h19

      après la place finale peut être importante pour les qualifications pour les prochaines compétitions. Et puis pour la Serbie, ca fera 2 matchs en 2 jours (Dim et Lun) quand le Monténégro se repose depuis jeudi, donc ca peut jouer physiquement.
      Mais il est encore trop tot pour faire des calculs, tachons déjà de battre la Suède, et de se préparer à faire de même contre la Serbie, c'est le meilleur moyen d'éviter les problèmes et de se faire mal à la tête.

    • Sasori9 - le 9 décembre 2018 à 14h09

      Monténégro est la meilleure nation des pays Balkans depuis 2010. La Serbie est une bonne équipe mais irrégulière et n'a pas d'ossature parce que les joueuses se sont dispersé dans les 4 coins de l'Europe. L'équipe se confie sur les individualités spectaculaire. Elle a perdu contre les Suédoises, très compacte et collective malgré que la Serbie la domine dans toutes les étages.

      Monténégro a l'ossature de Buducnost qui est composée des jeunes pousse encadré par des cadres de Bulatovic; Mehmedovic et Raicevic. Cette équipe grandit vite.

      Ce match ce sera un combat entre les deux mondes : équipe collective contre équipe individualité.

      Cet Euro, c'est une surprise, pas comme les dix dernières années, tout le monde bat tout le monde. meme les Russes ont perdu contre la Slovènie. Alors wait and see.

Afficher tous les commentaires

Laisser un commentaire

Champs requis *

En direct Voir toutes les brèves
HandNews utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les exploitons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques) et pour l'adapter à vos intérêts et usages (cookies de personnalisation en fonction de votre navigation et de votre navigateur).